Se connecter S’abonner

Le Sénat souhaite réduire les frais sur les produits d’épargne

Un rapport propose de limiter les frais sur les produits d’épargne afin que ceux-ci soient plus performants, rapporte Le Figaro.

épargne
Crédit : iStock.

Remis sur la table la semaine dernière par le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance, cette fois, c’est le Sénat qui revient sur le sujet des frais sur les produits d’épargne. Le rapport intitulé « La protection des épargnants : payer moins et gagner plus » met en avant le poids des frais sur les performances réelles des produits d’épargne, relate Le Figaro. Un épargnant hollandais qui investit dans des fonds actions verra leurs rendements amputés de 11%. Dans le cas d’un Britannique, ce taux montera à 15% et il sera de 17% pour un Français. Pour alléger la note, le Sénat émet 17 recommandations.

L’une d’elles vise à contraindre les assureurs à proposer des fonds cotés en bourse (ETF), sur lesquels pèsent moins de frais que les fonds actions classiques. Il est aussi question d’interdire les frais d’arbitrage en assurance-vie ou de restreindre les frais de surperformances, facturés lorsque les rendements dépassent les attentes, rappelle le quotidien.

Les Français réticents à l’idée de payer des honoraires

Parallèlement, les sénateurs font savoir qu’ils n’envisagent pas de modifier le mécanisme de rétrocession qui prévoit la rémunération du conseiller en patrimoine par le concepteur du produit financier. Pourtant, ce système rend moins transparente la compréhension, par le client, des frais pratiqués. En Grande-Bretagne comme aux Pays-Bas, les épargnants paient des honoraires au lieu de ces frais. Une pratique qui ne séduit pas les Français, selon le rapport « La protection des épargnants : payer moins et gagner plus ».