Se connecter S’abonner

L’épargne covid, un magot que les Français veulent conserver

Un Français sur deux veut conserver l’argent mis de côté depuis le début de la crise, selon le Cercle de l’Epargne. De manière générale, 27 % des Français déclarent avoir épargné plus que d’habitude avec la crise.

déshérence assurance vie épargne
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il est très facile de perdre, d’oublier un produit d’épargne ou d’ignorer que l’on en est l’héritier. ©Istock

Pour les épargnants, prudence et attentisme sont encore de rigueur. C’est le constat de la dernière enquête publiée par le Cercle de l’Epargne et Amphitéa sur « les Français, la retraite, l’épargne et la dépendance ». Près d’un Français sur deux (47 %) entend en effet conserver l’argent mis de côté depuis le début de la crise, et ce sous forme liquide et mobilisable à tout moment. Un sentiment encore plus prononcé parmi ceux qui ont épargné le plus (53%). Un tiers des personnes interrogées souhaitent même augmenter leur effort d’épargne, tandis que seulement 26 % seraient prêts à utiliser tout ou partie de leur cagnotte pour réaliser des achats.



De manière générale, 27 % des Français déclarent avoir épargné plus que d’habitude durant la crise sanitaire, quand à l’inverse 20 % indiquent avoir moins épargné. Pour autant, il est notable qu’une courte majorité (53 %) dit n’avoir épargné « ni plus, ni moins ».

Engouement des plus jeunes

Autre enseignement de cette étude : la montée en puissance des jeunes épargnants. En effet, 38 % des 18 à 25 ans ont épargné davantage, contre 24 % des plus de 50 ans. Parmi les motifs avancés : « la contraction des dépenses de loisirs voire l’arrêt de la location du logement par certains étudiants », analyse le Cercle de l’Epargne. Néanmoins, la proportion des épargnants « covid » est plus forte chez les sondés disposant de plus de 4 000 euros de revenus par mois (43 % contre 20 % chez ceux gagnant moins de 2 000 euros).

L’immobilier devant l’assurance vie et les actions

Quels placements ont le plus la cote en ces temps de covid ? Pour 62 % des Français, c’est l’immobilier qui est le plus intéressant, devant l’assurance vie (48 %) et les actions (39 %). Quant au livret A, il est bon dernier (26 %) mais a gagné 11 points depuis le début l’épidémie. « La sécurité et la liquidité de ce dernier expliquent sans nul doute l’intérêt que lui porte une part croissante de la population. En période de crise, le Livret A occupe toujours son rôle traditionnel de valeur refuge » selon l’étude.

A noter, la percée du bitcoin : 11 % des sondés jugent la star des cryptos rentable en septembre 2021, contre 4 % en 2019. Un placement qui, sans surprise, séduit avant tout les jeunes : les moins de 35 ans sont 20 % à juger ce placement rentable. Reste que pour 33 % des Français, aucun placement ne permet de se protéger de la baisse des taux.