Se connecter S’abonner

CAC 40 : la Bourse de Paris accélère et renoue avec les 7.000 points

La Bourse de Paris a de nouveau atteint les 7.000 points, dans la matinée du mardi 6 décembre, portée, notamment, par les valeurs du luxe et de la technologie.

bourse
Crédit: iStock.

La Bourse de Paris accélérait sa reprise dans la matinée matin, prenant près de 2% pour atteindre de nouveau le seuil symbolique des 7.000 points, soulagée par les premières indications sur le niveau de dangerosité, plus faible que craint, du variant Omicron. Vers 10h35, l’indice vedette CAC 40 prenait 135,89 points à 6.999,51 points (+1,95%), au lendemain d’une hausse de 1,34%. Quelques minutes plus tôt, il avait atteint les 7.007 points. « En ce début de semaine, les données encourageantes en provenance d’Afrique du Sud sur la gravité des cas rassurent les intervenants de marché qui viennent s’exposer de nouveau » vers des actifs plus risqués comme les actions, expliquent les analystes de Saxo Banque.

Après avoir évolué à des niveaux historiques, dépassant son record de plus de 20 ans pour atteindre les 7.183 points en novembre, la cote parisienne a connu un trou d’air le 26 novembre, perdant près de 5%, après la découverte du variant Omicron. Depuis, les indices font les montagnes russes, alternant fortes hausses et baisses d’une séance à l’autre. La meilleure séance de l’année, +2,39% mercredi 1er décembre, a ainsi été entourée de rechutes sous les 6.750 points, montrant un marché fragile et volatile.

Hermès, LVMH et Kering

Mais les déclarations rassurantes sur la dangerosité du virus, notamment celle dimanche du Dr Anthony Fauci, conseiller de la Maison Blanche sur la crise sanitaire, qui a fait état de premiers éléments « un peu encourageants », ont permis aux investisseurs de repasser la marche avant. Les valeurs cycliques de la Bourse de Paris, qui dépendent de l’activité économique, profitaient évidemment de ce mouvement, à l’image d’Arcelor Mittal (+3,91% à 26,02 euros), ou de Stellantis (+1,94% à 16,58 euros). Mais ce sont les valeurs du luxe et de la technologie qui étaient le plus en avant de la cote parisienne.

Hermès, LVMH et Kering prenaient tous plus de 3,5%, après de solides données économiques en Chine, notamment une forte hausse des importations dans un de leurs principaux marchés. Les entreprises françaises du secteur du numérique ont par ailleurs relevé leurs perspectives de croissance au cours du bilan annuel de leur organisation professionnelle : STmicroeletronics prenait 3,58% à 43,52 euros et Dassault Systèmes 3,02% à 53,19 euros.