Se connecter S’abonner

Epargne : le calcul du taux du livret A intégrera l’inflation

Le gouverneur de la Banque de France est formel : le calcul du taux du livret A prendra bien en compte l’inflation des six derniers mois. François Villeroy de Galhau annonce également qu’il se penchera sur les frais de l’assurance vie.

Livret A
Crédit: iStock.

Le calcul du taux du livret A « intégrera l’inflation des six derniers mois », a assuré mercredi 8 décembre le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, au micro de RTL. Concernant le taux du Livret A, « nous ferons le calcul de la formule qui intégrera l’inflation des six derniers mois (…) mi-janvier », a-t-il précisé, pour une décision qui devrait intervenir au 1er février 2022. « L’épargne supplémentaire a sans doute touché son plafond depuis l’été dernier, a ajouté François Villeroy de Galhau. Les Français commencent à l’utiliser un petit peu, prudemment, notamment pour l’immobilier. »

« Le Livret d’épargne populaire (LEP), produit dont on parle moins, est lui, totalement protégé de l’inflation. C’est un produit très intéressant auquel beaucoup de Français ont droit », a poursuivi le gouverneur de la Banque de France. Concernant l’assurance vie, placement phare des Français, « nous allons regarder sérieusement la question des frais de l’assurance vie, qui est très sensible pour les Français », a-t-il annoncé. Avec l’ACPR, le gendarme des banques, « nous allons sur 2022 multiplier les enquêtes, les contrôles, les questionnaires ». « Il ne s’agit pas forcément de baisser les frais parce que le travail de l’assurance vie mérite rémunération, mais il s’agit qu’ils soient transparents (…) et qu’ils soient justes », a-t-il poursuivi.

Remboursement des PGE, fraude aux chèques

Un état des lieux avec des recommandations sera publié courant de l’année 2022, a annoncé le gouverneur de la Banque de France. M. Villeroy de Galhau a également mentionné une « solution cas par cas » à propos des patrons d’entreprises qui n’arriveraient pas à rembourser leurs prêts garantis par l’Etat (PGE) pour mars 2022. « La situation des entreprises nous paraît plus robuste, y compris les PME, qu’on pouvait le craindre », a-t-il déclaré, assurant qu’il n’y aurait pas de « tsunami de faillites ».

Par ailleurs, à l’approche de Noël, la Banque de France a alerté à propos de la fraude aux chèques. « C’est à la fois le moyen de paiement le moins utilisé, mais le plus fraudé », a affirmé M. Villeroy de Galhau. La Banque de France a ainsi rappelé « un certain nombre de conseils de bon sens », à commencer par « bien remplir les rubriques à l’encre noire » ou encore « absolument éviter d’encaisser un chèque qui vous a été remis par un tiers ».