Se connecter S’abonner

Arnaques financières : les médias en ligne ne sont pas épargnés

Alerte aux espaces de discussions et forums des sites spécialisés. Les escrocs y  sévissent pour soutirer des informations personnelles aux épargnants.

Arnaques
Crédit: iStock.

On connaissait les arnaques aux fausses SCPI, celles aux livrets d’épargne garantis, les fausses annonces immobilières et les faux notaires, ou encore les loteries demandant aux internautes d’envoyer une somme d’argent pour débloquer un gain. Gare aussi aux espaces de discussion dans les sites de presse spécialisée en ligne, qui sont de plus en plus ciblés par ces arnaques, témoigne MoneyVox. Le site, qui se dit « régulièrement confronté à ces tentatives sur ses pages », a pris les devants et essayé d’en savoir plus en hameçonnant à son tour certains de ces escrocs. Il en livre quelques enseignements.

Pourquoi cibler ce type de lieu d’échange d’informations ? « C’est sur les articles liés au crédit consommation, aux refus de prêt, ou sur les forums parlant de ces sujets que les arnaqueurs se manifestent le plus souvent. Ils sont ainsi certains de toucher les lecteurs directement concernés par les interdictions bancaires ou par le surendettement, vulnérables et à la recherche de solutions ou d’alternatives », indique le site. De son côté, notamment pour éviter ce type de dérives, Mieux Vivre Votre Argent a pris le parti de ne pas laisser d’espace « commentaires » sous ses articles. Et ce, bien que chaque lecteur puisse contacter librement la rédaction.

Et ce type de message est loin d’être rare : MoneyVox dit « tous les jours supprimer des tentatives de messages proposant de pseudos crédits gratuits, faciles ou très rapides à obtenir principalement sur ces articles », explique Maxime Chipoy, son président. Les arnaqueurs se servent aussi de l’image d’un journal en ligne, de sa réputation, ce qui peut a priori « rassurer les futures victimes sur le sérieux des commentaires publiés sur le site ».

Des propositions dans un français très correct…

Exemple d’escroquerie : le témoignage d’une personne ayant bénéficié d’un généreux prêteur ouvert à des cas difficiles – surendettement, interdits bancaires, CDD, etc., qui souhaite diffuser cette « bonne nouvelle ». Une proposition très avantageuse le plus souvent, proposant un prêt gratuit ou à taux bas, rapide, facile à obtenir. Nouveauté : ces contenus naguère écrits dans un français très approximatif sont aujourd’hui écrits sans, ou avec très peu de fautes. Par ailleurs, les adresses mail fallacieuses sont elles aussi composées de noms à consonance bien française. Autre changement : « auparavant, le fraudeur donnait rapidement une réponse positive au crédit, en indiquant que des frais de dossier – l’objectif réel de l’arnaque – devraient être avancés. Désormais, celui-ci demande, au fur et à mesure des échanges, de nombreuses informations personnelles et l’envoi de pièces justificatives précises (pièces d’identité, fiches de paie, relevés de compte, RIB) et n’hésite pas à relancer en cas d’absence de réponse », explique MoneyVox.

… destinées avant tout à récupérer des données personnelles

Ces arnaques semblent également moins dirigées à soutirer immédiatement des sommes d’argent auprès des victimes qu’à récupérer le maximum de données personnelles les concernant. « Contactés par MoneyVox, les services de police nous ont confirmé que l’objectif des fraudeurs est désormais d’ouvrir des comptes bancaires au nom des victimes, notamment auprès des banques qui permettent une ouverture de compte 100% à distance, qu’elles soient banques en ligne, néobanques ou banques traditionnelles. Le tout pour permettre, dans un second temps, le blanchiment via ces comptes d’argent issu d’activités illicites, d’autres fraudes ou arnaques », explique Maxime Chipoy.

Pour éviter de tomber dans ces pièges, voici quelques conseils, ici sur les faux livrets, mais valables pour de nombreuses escroqueries financières.