Se connecter S’abonner

Finance solidaire : de bonnes perspectives en 2022

A l’occasion de la semaine de la finance solidaire, retour en détail sur ce type de placement. Malgré une utilité sociale souvent démontrée, cette finance reste encore trop marginale.

Se montrer solidaire grâce à son épargne c’est possible ! Dans le cadre de la semaine de la finance solidaire, l’association FAIR (en charge du label Finansol) a rappelé les chiffres de cette catégorie de placements qui permet de soutenir l’économie sociale et solidaire. Au total, 2 millions de Français ont souscrit à un produit d’épargne solidaire l’an passé. Natixis (via surtout sa filiale Mirova), Amundi, Maif, BNP Paribas AM et Crédit Mutuel AM figurent dans le top cinq des gestionnaires. Les encours de l’épargne solidaire s’élevaient à fin 2021 à 24,5 milliards d’euros. Un détail, cependant, dans le patrimoine des Français. La finance solidaire représente seulement 0,41 % de l’épargne des ménages.

Un attrait en progression

Il faut dire qu’elle reste encore méconnue et rapporte souvent moins que les placements financiers traditionnels. Pour autant, la finance solidaire s’avère bien utile pour soutenir des projets liés à la réinsertion professionnelle, à l’environnement, au logement… des sujets qui touchent les Français. Pour preuve, ils sont nombreux à souscrire à des produits bancaires solidaires, comme le livret Agir du Crédit Coopératif ou celui de la Nef. Les livrets solidaires représentaient plus de 2,7 milliards d’euros en 2021. L’épargne salariale solidaire (environ 14 milliards d’euros) constitue le principal moteur de cette typologie de placement. Les salariés en bénéficiant se voient très souvent proposer des FCPE de partage. De même, l’obligation, depuis le début de l’année, d’offrir au moins une unité de compte solidaire dans l’assurance vie, devrait doper largement les encours à l’avenir.

Des perspectives en amélioration pour 2022

Malgré des marchés actions et obligataires très chahutés en 2022, les perspectives de la finance solidaire devraient rester porteuses. « Avec la remontée des taux d’intérêt, tous les livrets de partage devraient générer plus de dons à l’avenir », précise Jon Sallé, responsable de l’observatoire de la finance à impact social au sein de FAIR. L’an passé, la finance solidaire a permis de reverser 4,3 millions d’euros à des associations. Parmi elles, CCFD – Terre Solidaire, Habitat et Humanisme, Terre et Humanisme, Fondation de l’Avenir ou encore Les Restaurants du Cœur reçoivent le plus de soutien financier.