Se connecter S’abonner

Le taux de rémunération du PEL passe à 2% en 2023

Bercy a annoncé que le taux de rémunération du PEL allait passer à 2% à partir de janvier 2023, en soutien à l’épargne des Français.

immobilier
Crédit : iStock.

Le taux de rémunération des plans d’épargne logement (PEL) signés à partir de janvier prochain va doubler pour atteindre 2%, a annoncé jeudi le ministère de l’Économie et des Finances. Le ministre Bruno Le Maire « annonce la revalorisation à 2%, contre 1% aujourd’hui, des plans d’épargne logement (PEL) ouverts à partir du 1er janvier 2023 », indique un communiqué de Bercy. « C’est un nouveau soutien à l’épargne des Français après la hausse des taux du Livret A » à 2% depuis le 1er août, complète M. Le Maire, cité dans le communiqué.

Première hausse du PEL en 22 ans

Le PEL est un produit hybride : il sert à constituer une épargne destinée à l’achat d’un bien immobilier ou à la réalisation de travaux, puis au financement de ce projet. Il affiche donc deux taux : un premier définissant la rémunération de l’épargne qui y est déposée (1% brut depuis le 1er août 2016) et un second bloquant un taux d’emprunt, de 1,20% supérieur (depuis le 1er février 2015), pour les 15 années à venir. À fin 2021, le nombre de PEL s’élevait à 12,2 millions, selon les données de la Banque de France, pour un encours total de 296,1 milliards d’euros. Il s’agit par ailleurs « de la première hausse du taux du PEL depuis 22 ans », précise le ministère.

Le nouveau taux ne concernera que les PEL ouverts en 2023. Contrairement à d’autres produits réglementés comme le Livret A, les taux d’un PEL restent en effet ceux en vigueur le jour de la signature, permettant au détenteur de « bloquer » un taux. Le ministre a suivi la recommandation du Gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, en charge du calcul du nouveau taux chaque année au plus tard le 5 décembre.

De par leur taux d’emprunt à 2,20%, les PEL signés avant la fin d’année 2022 pourraient par ailleurs devenir intéressants pour financer un crédit à moyen terme. Le marché immobilier est confronté depuis le début de l’année à une remontée rapide des taux d’emprunt, dans le sillage des taux directeurs de la Banque centrale européenne (BCE): de 1,10% en moyenne fin décembre dernier à 1,84% attendus en novembre, au dernier pointage de la Banque de France.