Se connecter S’abonner

De Beppe Ciardi à Federico Zandomeneghi, les artistes italiens investissent le Faubourg Saint-Honoré

Sotheby’s Paris propose la belle collection d’un Milanais. Une occasion unique de découvrir des artistes peu représentés dans les musées français.

Maison italie
Crédit: iStock.

Connaissez-vous les Macchiaioli, le divisionnisme ou même les impressionnistes italiens ? Comme nombre d’amateurs, vous pensez certainement que les peintres français sont les seuls à dominer la scène artistique mondiale entre 1850 et 1950. Dans une vente qui se tiendra Faubourg Saint-Honoré le 16 avril prochain, Sotheby’s démontre que vous avez tort.

La maison de ventes anglo-saxonne propose aux enchères près de 70 tableaux et dessins de la collection d’un milanais passionné d’art. Elle embrasse avec brio un siècle de création dans la péninsule. On y trouve des artistes connus en France comme Giorgio de Chirico et d’autres plus confidentiels pour ne pas dire totalement ignorés du grand public.

Zandomeneghi, Ciardi, Longoni…

Federico Zandomeneghi (1841-1917) est un impressionniste italien qui a passé une grande partie de sa vie à Paris. Il y fera la connaissance de Degas dont l’influence sera déterminante. Il est surtout connu pour ses merveilleux pastels mais ses toiles sont également d’une grande beauté. La femme est omniprésente dans son œuvre, son marchand Paul Durand-Ruel l’incitant à sa représentation afin de satisfaire la demande de la nouvelle bourgeoisie. Ses portraits, comme celui proposé par Sotheby’s, sont délicats. L’artiste capte l’instant qui passe, un regard ou un sourire fugace. Sa palette est riche et colorée. Le portrait de Lucie est d’une étonnante spontanéité comme si le modèle avait été croqué sur le vif, sans s’en rendre compte alors qu’elle respire des œillets rouges dont la couleur met en valeur la carnation rosée de son visage. Ce tableau est estimé 150 000 à 200 000 euros.

Federico Zandomeneghi (1841-1917), « Lucie », estimation : 150 000 à 200 000 euros. Crédit : Sotheby’s/Art Digital Studio.
Federico Zandomeneghi (1841-1917), « Lucie », estimation : 150 000 à 200 000 euros. Crédit : Sotheby’s/Art Digital Studio.

Avec Beppe Ciardi (1875-1932) et son tableau « Les voiles », on change d’univers. On pourrait qualifier l’artiste de védutiste italien du XIXe siècle. Il a surtout représenté Venise et ses environs notamment des vues de la mer et de la lagune. Ces toiles baignent dans la lumière du soleil levant ou couchant dont les rayons se reflètent sur les flots. Les beautés de la nature symbolisent une forme de sérénité, d’aboutissement, de perfection. La toile mise en vente le 16 avril est estimée 15 000 à 25 000 euros.

Beppe Ciardi (1875-1932), « Les voiles », estimation : 15 000 à 25 000 euros. Crédit : Sotheby’s/Art Digital Studio.
Beppe Ciardi (1875-1932), « Les voiles », estimation : 15 000 à 25 000 euros. Crédit : Sotheby’s/Art Digital Studio.

Emilio Longoni (1859-1932) appartient au mouvement divisionniste. On peut le comparer au pointillisme qui préconise l’application de petites taches de couleur pure juxtaposées. L’artiste est un amoureux de la montagne. Elle lui procure un sentiment de solitude proche de l’extase, de l’ivresse. « Lac blanc et noir, Col de la Bernina » est un hommage à la beauté des Alpes. L’artiste, par touches précises, embrasse un vaste paysage, un lac d’un bleu-noir, l’autre plus laiteux. Une brume dense va bientôt tout effacer. Ce beau tableau est estimé 60 000 à 80 000 euros.

Emilio Longoni (1859-1932), « Lac blanc et lac noir, Col de la Bernina », estimation : 60 000 à 80 000 euros. Crédit : Sotheby’s/Art Digital Studio.
Emilio Longoni (1859-1932), « Lac blanc et lac noir, Col de la Bernina », estimation : 60 000 à 80 000 euros. Crédit : Sotheby’s/Art Digital Studio.

Armando Spadini (1883-1925) est un artiste romain qui fit une carrière de portraitiste et de peintre de vedute. Il représente souvent des scènes de famille douces et intimes dont la composition n’est pas sans rappeler les grands artistes de la Renaissance italienne et les madones à l’enfant Jésus. Les visages sont à peine esquissés, le pinceau souple, les couleurs fondues. La maternité proposée par Sotheby’s est presque intemporelle, telle une image sacrée et pourtant humaine et charnelle de la femme et de l’enfant. Ce tableau est estimé 30 000 à 40 000 euros.

Armadon Spadini (1883-1925), « Maternité », estimation : 30 000 à 40 000 euros. Crédit : Sotheby’s/Art Digital Studio.
Armadon Spadini (1883-1925), « Maternité », estimation : 30 000 à 40 000 euros. Crédit : Sotheby’s/Art Digital Studio.

Collection particulière italienne, Sotheby’s Paris, 16 avril, exposition les 12, 13, 15 et 16 avril galerie Charpentier, 76 rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris.