Se connecter S’abonner

Marché de l’art : l’art contemporain accessible existe encore

Les ventes d’artistes modernes et contemporains représentent 15 % du chiffre d’affaires du marché de l’art. Si une centaine d’entre eux atteignent des sommes stratosphériques, nombreux sont ceux qui restent abordables.

Lors des ventes aux enchères d’art moderne et contemporain, les prix supérieurs à dix millions d’euros ne sont pas rares. Ils sont même de plus en plus fréquents. Selon le dernier rapport d’Artprice, le spécialiste des données statistiques du marché, c’est le secteur le plus dynamique. Si, en 2000, il ne représentait que 3 % du total des adjudications, c’est désormais 15 %. Cette vigueur touche aussi bien le chiffre d’affaires (22,7 milliards de dollars entre 2000 et 2019), que le prix moyen, qui a augmenté de 240 %, pour s’élever à 25 000 dollars, et le nombre de pièces présentées, multiplié par dix, pour culminer à 123 000 lots en 2019, dont plus de 79 000 vendus.

Concentration des ventes

Autre particularité, l’extrême concentration des ventes sur une centaine d’artistes alors que chaque année, ils sont 30 000 à subir le feu des enchères. Les trois-quarts du résultat mondial reposent sur ce top 100 qui comprend essentiellement des Anglo-Saxons et un nombre croissant de peintres et sculpteurs chinois. Les grands gagnants sont Jeff Koons et Jean-Michel Basquiat qui, à eux seuls, cumulent 12 % du marché de l’art contemporain. Une sculpture du premier, Rabbit, a même atteint le record de 91 millions de dollars en 2019. Basquiat domine toutefois, avec la vente à plus de 110 millions de dollars de sa toile Untitled en 2017. Les autres grands artistes obtiennent des résultats moins exorbitants, mais souvent supérieurs à 10 millions de dollars, un seuil significatif, comme le démontrent les œuvres de David Hockney ou Peter Doig vendues par Christie’s à Londres le 22 octobre dernier. Quant aux Français, ils sont bien loin derrière, à l’exception notable de Pierre Soulages, dont la cote ne cesse de grimper, ses grands tableaux trouvant facilement preneur pour des montants supérieurs à 5 millions de dollars.

Pour l’amateur n’ayant pas les finances d’un milliardaire, ces montants affolent. Mais il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Artprice souligne que le marché est à deux vitesses et nombre d’artistes modernes ou contemporains restent abordables, certains d’entre eux, trop exposés, connaissant aujourd’hui une désaffection aussi rapide que l’engouement connu. On peut encore dénicher des œuvres dans les salles de ventes ou dans les galeries à des prix n’excédant pas 100 000 euros pour les plus exceptionnelles. Il suffi t de s’intéresser aux peintres français du XXe siècle qui ne sont pas redevenus « tendance » mais dont la cote remonte, comme ceux de la Nouvelle Ecole de Paris, ou d’acheter des artistes contemporains défendus par des galeristes reconnus et dont les œuvres font déjà l’objet d’enchères. Pour faire le bon choix, mieux vaut fréquenter les galeries et les salles de ventes et lire les revues d’art qui vous permettront d’affiner vos connaissances.