Se connecter S’abonner

LVMH : trois nouveautés horlogères pour collectionneurs (et amateurs !)

Le groupe de luxe est le premier à dévoiler ses modèles horlogers inédits pour 2021. Nos trois coups de cœur, entre 10 000 et 23 000 euros.

Lens Position: 1331

Après une première édition à Dubaï en 2020, LVMH remet le couvert cette année avec sa Watch Week, mais cette fois-ci en format digital. Au programme : la présentation des nouvelles pièces des marques maison Hublot, Zenith, Tag Heuer ou encore Bulgari. Nous en avons retenu trois qui méritent le détour, particulièrement dans une optique d’investissement plaisir.

Zenith Chronomaster Sport, une valorisation quasi garantie

Zenith est une marque à part dans le paysage horloger : c’est la seule dont la notoriété repose non pas sur un modèle de montre, mais sur un calibre, ce mouvement mécanique qui anime chacun de ses garde-temps. Son nom : El Primero, comme le premier chronographe automatique de série capable de mesurer le 1/10e de seconde. Sorti en 1969, son succès est tel qu’il a bâti la notoriété de la marque et à même équipé certains modèles de marques pourtant concurrentes, à commencer par une certaine Rolex Daytona.

Mais au-delà du fond, de ce cœur battant de la montre mécanique, il y a la forme. Jusqu’à présent, Zenith s’est toujours attachée à une forme ronde assez consensuelle. Aujourd’hui, la manufacture suisse a conçu une géométrie plus marquée qui traverse son catalogue avec des modèles comme l’A277, la Rainbow, la De Luca ou la Striking 10th, parus pour l’essentiel entre 1969 et les années 2000. C’est de ce dessin sportif, nerveux, qu’est née la nouvelle Chronomaster Sport, alliée au fameux calibre El Primero.

Cette nouvelle Chronomaster Sport n’est toutefois pas que l’assemblage d’un mouvement et d’un boîtier. Le premier a été optimisé, brevet à l’appui. Sa réserve de marche a gagné une dizaine d’heures, pour être portée à 60 heures. Qui plus est, Zenith ne cache pas sa volonté de s’en servir pour de futurs modèles. Il est donc intéressant de se procurer celui-ci, autrement dit sa première itération, toujours la plus recherchée.

Le boîtier, lui, voit ses lignes plus affutées. Sa lunette est désormais en céramique, matériau que l’on ne maîtrisait pas au siècle dernier. Elle est sensiblement plus large que ses inspiratrices, donc plus lisible. Enfin, la marque a développé un bracelet inédit en caoutchouc à effet Cordura, ce tissu extrêmement résistant utilisé notamment sur les vêtements techniques.

  • Pourquoi s’y intéresser ?

Malgré les annonces marketing, la plupart des collectionneurs sont davantage attachés aux évolutions maîtrisées qu’aux franches ruptures. Cette nouvelle Chronomaster Sport en est la parfaite illustration. Elle s’appuie sur un héritage d’un demi-siècle et apporte des innovations intéressantes, techniques comme stylistiques.

Sa valeur inférieure à 10.000 euros la met également à la portée d’un grand nombre de collectionneurs avertis. Elle représente donc un placement sûr, que l’on peut porter au quotidien, même si la projection de sa cote, en tant que nouveau modèle, reste à observer à moyen terme.

Bulgari Octo Finissimo S Steel Silvered Dial, parfaite dans une optique de transmission

« Lorsque l’on a goûté à l’extraplat Bulgari, il est quasiment impossible de revenir à des montres conventionnelles ». C’est Laurent Picciotto, l’un des grands papes de l’horlogerie parisienne et dans le monde, qui pose ce constat. Avec l’Octo Finissimo, Bulgari a redonné à l’extraplat une dynamique, une modernité et, disons-le, un sex-appeal qu’il n’avait plus.

La gamme Octo Finissimo a cumulé un nombre considérable de records du monde de finesse en quelques années. Un bel affichage commercial mais, dans la pratique, des modèles extrêmement techniques et inabordables pour l’immense majorité des collectionneurs.

Voilà pourquoi cette nouvelle référence à trois aiguilles, en acier, présente un intérêt certain : c’est un modèle qui concentre toutes les qualités jusqu’à présent développées – une finesse exemplaire, un bracelet intégré, toute la puissance du design italien dans une montre de luxe Swiss Made – à un prix beaucoup plus abordable (12.300 euros).

  • Pourquoi s’y intéresser ?

La pièce affiche un diamètre de 40 mm, consensuel pour la totalité des poignets. Elle ne fait que 6,4 mm d’épaisseur, et son fond transparent en verre saphir permet de voir le mouvement qui donne vie à cette prouesse. Avec trois aiguilles, son esthétique est intemporelle, et même unisexe. Le mouvement est 100 % manufacture, un gage de sérieux qui valorisera la pièce à long terme. Une Bulgari idéale, abordable, et qui traversera les générations sans prendre une ride.

Hublot Big Bang Integral, une valeur sûre de collection

La manufacture de Nyon vient d’avoir quarante ans. Elle qui a toujours misé sur l’innovation et la rupture ne compte pas s’assagir. Sa nouvelle Big Bang en atteste, mais elle présente néanmoins un caractère sécurisant.

Elle repose sur un mouvement manufacture aujourd’hui parfaitement maîtrisé (et largement optimisé pour ce modèle), ainsi que sur un habillage qui ne l’est pas moins, intégralement en céramique, devenu l’une des spécialités de la maison Hublot. Cette création de maturité est proposée en bleu, gris ou blanc, avec bracelet intégré. Elle préserve la signature esthétique Hublot, avec un cadran squelette qui s’affiche dans un boitier de 42 mm, une taille masculine mais qui garde ses distances avec un malvenu « oversize ».

  • Pourquoi s’y intéresser ?

Ces nouvelles variations sont une évolution du même modèle « Integral » lancé l’année dernière, à Dubaï, pour la même LVMH Watch Week. Ce fut un succès, ce qui explique la venue de ces nouvelles propositions. Ce succès est également révélateur d’une réception positive du marché, ce qui conforte sa valeur à moyen terme.

La céramique est également un gage de sécurité : c’est un matériau deux à trois fois plus dur que l’acier et 30% plus léger, totalement hypoallergénique. Créé il y a quinze ans, le modèle Big Bang est, quant à lui, parfaitement établi dans la galaxie horlogère, avec un prix ici certes élevé (22.700 euros) mais assumé par Hublot et par ses collectionneurs.

Crédits photos (une et texte) : Zenith Watches, Bulgari et Hublot.