Se connecter S’abonner

Un tableau de Van Gogh adjugé pour 13,1 millions d’euros : comment réduire vos impôts grâce à l’art ?

Un tableau rare de Van Gogh, mis aux enchères par Sotheby’s Paris et Mirabaud-Mercier, a été adjugé pour 13,1 millions d’euros. L’investissement dans l’art constitue un placement, et permet de maximiser les économies d’impôts.

impôts

Jeudi 25 mars, Sotheby’s Paris et Mirabaud-Mercier ont mis aux enchères Scène de rue à Montmartre (1887), un rare tableau de Van Gogh. Estimé entre cinq et huit millions d’euros, il a été adjugé pour 13,1 millions d’euros. Jusque-là, le tableau n’était visible que dans les catalogues, il fait sa réapparition sur le marché de l’art après son acquisition en 1920 par une famille de collectionneurs parisiens. La toile sera vendue en visioconférence par les équipes de Sotheby’s à Paris, New York, Hong Kong et Londres. Le dernier Van Gogh adjugé en vente publique, Laboureur dans un champ (1889), avait atteint 81 millions de dollars en 2017 chez Christie’s à New York. Intéressé(e) ? Sachez qu’investir dans l’art permet de maximiser les économies d’impôts tout en réalisant un placement.

L’article 98A du Code général des impôts définit les œuvres d’art qui ouvrent un droit à la défiscalisation, comme les peintures, toiles, photos d’artistes et les bijoux. Les antiquités, meubles précieux, sculptures et documents anciens peuvent donner lieu à une défiscalisation, tous les objets considérés comme « de collection », cela peut concerner les voitures de collection. 

Diminuer ses impôts pour les contribuables assujettis à l’IFI

Ce placement est souvent privilégié par les entreprises mais s’adresse également aux particuliers. Les montants consacrés à l’acquisition d’une œuvre ne sont pas imposables. La défiscalisation est avantageuse pour les contribuables assujettis à l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI), puisque ces œuvres ne doivent pas être mentionnées dans la déclaration d’IFI. Lors d’une transmission, par vente ou héritage, l’impôt sur la plus-value peut être allégé, les œuvres d’art ne pouvant être évaluées qu’à seulement 5% du patrimoine transmis au moment d’une succession.