Se connecter S’abonner

Enchères : l’Etat met en vente 300 lots précieux saisis lors d’affaires criminelles

Vendredi 5 novembre 2021, le ministère de l’Economie et des Finances organise une vente aux enchères exceptionnelle avec des biens précieux. Ainsi, 300 lots, parmi lesquels des voitures de luxe, des vins prestigieux, des pièces d’or, seront mis aux enchères pour les dix ans de l’agence de recouvrement des avoirs saisis et confisqués.

Cartes fantasy enchères
Crédit: iStock

Bercy s’apprête à accueillir une vente aux enchères exceptionnelle. Vendredi 5 novembre, 300 lots prestigieux, confisqués ou saisis dans le cadre d’affaires criminelles, seront mis en vente pour fêter les dix ans d’existence de l’agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis et confisqués (Agrasc), indique le ministère de l’Economie et des Finances dans un communiqué. Ouverte au public, la vente proposera des biens très variés. Des véhicules de prestige (Lamborghini, Ferrari, Jaguar, Porsche…), des bijoux, des pièces d’or et montres (Richard Mille et Breitling), de la maroquinerie, mais aussi des vins prestigieux (romanée-conti, Petrus…) et d’autres lots, liste le document.

Les acheteurs pourront enchérir, dès 10h30, dans la salle ou bien en ligne, sur le site drouotonline.com. Mais pour participer à la vente depuis le centre de conférences Pierre Mendès France, à Bercy, il faudra s’inscrire avant jeudi 13 heures. Le nombre de places reste, en effet, limité, pour des raisons sanitaires. L’argent récolté permettra de financer des programmes spécifiques d’indemnisation des victimes ou de missions au ministère de la Justice, par exemple. Mais aussi de faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’Etat.

10.000 biens mis aux enchères chaque année

Interrogé par Le Parisien, Alain Caumeil, le président de la Direction nationale d’interventions domaniales (DNID) qui organise la vente aux côtés de l’Agrasc, le total des mises à prix s’approche de 1,4 million d’euros. « Mais nous en espérons entre 2 et 2,5 millions d’euros ! », chiffre-t-il. Il faut dire que le catalogue présente une dizaine de voitures de luxe, le double de montres, en plus de bijoux précieux et des bouteilles de grands crus classés.

Il y a deux ans, le ministère de l’Economie et des Finances avait déjà été l’hôte d’une vente aux enchères. Lors de cette première édition, seuls quelques lots provenaient de biens saisis par les tribunaux. Celle du vendredi 5 novembre ne propose que des lots de ce type. Alors que jusqu’à récemment les juges privilégiaient les peines de prison, ceux-ci accordent désormais plus d’importance aux saisies de biens. « On se rend compte que les délinquants sont de plus en plus sensibles à la confiscation de leurs biens et qu’ils font plus souvent appel pour les récupérer que pour revoir leur peine », souligne Alain Caumeil. Ainsi, tous les ans, plus de 10.000 biens représentant 13,5 millions d’euros sont mis en vente, soit environ 20% du total des ventes mobilières de la DNID.