Se connecter S’abonner

La BCE valide le lancement du chantier de création d’un euro numérique

Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) a donné son feu vert pour créer un euro numérique, dont le chantier prendra quelques années.

BCE
Crédit : iStock.

Dans cinq ans, il sera peut-être possible de payer en euro numérique. Le chantier va démarrer : le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) a donné son accord mercredi 14 juillet, à l’unanimité. Pendant deux ans, la BCE mènera des « investigations » afin d’étudier les détails techniques et les conditions de la distribution de cette monnaie aux commerçants et aux particuliers, ainsi que ses effets sur le marché et les modifications éventuelles à apporter sur la législation européenne. A partir d’octobre 2021, ces 24 mois lui permettront de décider ou non de la création définitive d’une monnaie digitale européenne, qui n’a pas pour vocation de remplacer les billets et pièces existantes, précise la BCE dans un communiqué.

Si cet euro numérique est validé, la BCE testera plusieurs solutions, « en collaboration avec les banques et les entreprises qui pourraient fournir la technologie et les services de paiement », décrit le document. Cette monnaie digitale serait différente d’un crypto-actif, dont les prix sont souvent volatils et qui sont difficilement utilisables comme moyens de paiement ou unités de compte. De plus, ils ne sont pas garantis par une institution publique, contrairement au futur euro digital.

Concurrence de la Chine et des Etats-Unis

Pour Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE, « un euro numérique serait un symbole de progrès et d’intégration européenne ». Cette annonce arrive dans un contexte de forte concurrence, alors que les banques centrales chinoises et américaines travaillent elles aussi sur une digitalisation de leur monnaie. L’institution de Francfort craint ainsi que l’influence de l’euro soit sapée par les monnaies virtuelles, qu’elles soient privées ou nationales. Cet euro numérique pourrait être utilisé via une application sur son smartphone, ou encore par l’utilisation d’une carte bancaire. La technologie pourrait être la blockchain, la transmission d’informations en réseau décentralisé, comme pour l’European Payments Initiative (EPI).