Se connecter S’abonner

Cryptomonnaie : les propositions du candidat Eric Zemmour

Le candidat à la Présidentielle s’empare du sujet de l’engouement pour les crypto-actifs et en profite pour livrer une batterie de propositions, tant sur le plan fiscal que sur le plan réglementaire.

La cryptomonnaie tiendra-t-elle une place de choix dans l’élection présidentielle ? A l’occasion d’une visite de la startup Ledger, spécialiste français de la sécurisation des crypto-actifs, le candidat à la présidentielle a livré quelques propositions en matière de monnaie virtuelle. « Il faut soutenir l’écosystème des cryptomonnaies, secteur d’avenir », a expliqué Eric Zemmour sur Twitter.

Carotte fiscale

Première proposition du candidat : permettre aux détenteurs de crypto-actifs de réduire leur fiscalité « en réinvestissant leurs gains dans l’économie réelle ». Si la fiscalité des cryptos a récemment été revue à l’occasion de la loi de finances pour 2022, il s’agirait donc d’y adosser une carotte fiscale. Ce qui n’est pas à l’heure actuelle envisagé.

En finir avec l’ « enfer administratif » lié à la cryptomonnaie

En direction des professionnels, Eric Zemmour entend également « mettre fin à l’enfer administratif pour les professionnels du secteur des cryptomonnaies, notamment à cause de la surtransposition européenne ». Du fait d’un cadre réglementaire strict, peu de plateformes tricolores sont habilitées à distribuer des cryptomonnaies.

Régime fiscal propre aux NFT

Du côté cette fois des NFT (Non Fungible Tokens), il propose de créer un régime fiscal ad hoc pour l’imposition de leur cession. Et ce, « en fonction de leur actif sous-jacent en les excluant expressément du régime de plus-value sur actifs numériques ». Une manière de mieux dissocier un investissement de type Bitcoin d’un NFT.

Des stablecoins euro

Enfin, Eric Zemmour souhaite « favoriser l’émergence de stablecoins euro par le secteur privé européen sans attendre le projet d’euro numérique porté par la Banque centrale européenne (BCE) ». Une mesure qui serait destinée à ne pas laisser le monopole des stablecoins, cryptomonnaies dont le prix est lié à d’autres cryptos ou monnaies fiduciaires, à des « entités extra-européennes » .