Se connecter S’abonner

Cryptomonnaies : Binance obtient son enregistrement auprès de l’AMF

Le géant des cryptomonnaies d’origine chinoise Binance a obtenu mercredi de l’Autorité des marchés financiers (AMF) son enregistrement pour pouvoir exercer en France.

cryptomonnaies
Crédit: iStock.
       

Cet enregistrement concerne la conservation d’actifs numériques, leur achat et leur vente contre des monnaies ayant cours légal ou encore les échanges et l’exploitation d’une plateforme de négociation de titres, selon le site internet de l’AMF, qui liste les sociétés enregistrées dans le domaine. Au total, l’AMF recense désormais plus d’une trentaine de sociétés enregistrées dans ce secteur. Ce qui suppose notamment la vérification « de l’honorabilité et de la compétence des dirigeants » ainsi que du respect de la règlementation. L’enregistrement de Binance en tant que prestataire de services sur actifs numériques (PSAN) est le premier en Europe du groupe, a précisé dans un communiqué le groupe, qui affirme devenir ainsi la première grande Bourse mondiale de cryptomonnaies à s’enregistrer en France.

Lutte contre le blanchiment et protection des utilisateurs

L’enregistrement soumet les activités de l’entreprise « à la réglementation française en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, et fournit une protection réglementaire importante pour les utilisateurs locaux », fait-elle valoir.

Binance, qui est l’une des deux plus grandes plateformes mondiales d’échanges de cryptomonnaies, entend désormais développer « de manière significative ses opérations en France et a l’intention de recruter jusqu’à 250 personnes axées sur le développement des cryptomonnaies et des infrastructures blockchain« , la technologie qui sert de base aux cryptoactifs. Binance pourra désormais concurrencer notamment la société française Coinhouse qui ambitionne de devenir « la future cryptobanque européenne » et qui a aussi obtenu l’enregistrement de l’AMF.

Enregistrement ne vaut pas agrément

Attention, cet enregistrement ne vaut pas « agrément » de l’AMF, qui est une procédure distincte et facultative. Celle-ci ajoute notamment au sérieux du service proposé, et offre notamment une assurance supplémentaire pour les clients, en matière de responsabilité civile, de contrôle interne ou de publicité des règles tarifaires. A cette date, aucun de ces PSAN n’a été agréé par le gendarme de la bourse.

Avec AFP