Se connecter S’abonner

Placements : du sens recherché aussi en épargne salariale

Les détenteurs d’un dispositif d’épargne salariale sont de plus en plus nombreux à plébisciter des placements plus vertueux. Mais ils méconnaissent encore l’offre de fonds responsables à leur disposition.

Crédit: iStock.

Les Français veulent donner plus de sens à leur épargne. Toutes les études le montrent clairement. Un phénomène confirmé par le dernier sondage effectué par Natixis Interépargne qui a interrogé 1751 de ses clients en épargne salariale. Ainsi, 71% des sondés déclarent accorder une place importante, voire très importante, aux impacts environnementaux, sociaux et éthiques dans leurs placements. « De plus en plus d’épargnants sont sensibilisés à ces enjeux. Un phénomène qui s’est accéléré avec la crise sanitaire », commente Frédéric Lenoir, directeur de l’expérience client de Natixis Interépargne. Et pourtant, ils sont encore nombreux à ne pas appréhender l’univers des fonds responsables.

Un manque de compréhension

Toujours d’après l’étude, 75% ne connaissent pas les critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance). Certes techniques, ceux-ci sont pourtant au cœur des stratégies déployées par les gérants dans ce type de fonds. Même 61% des sondés ne savent pas en quoi consiste l’investissement responsable. Cette forme de placement prend en compte une dimension extra-financière dans la sélection des titres (respect de l’environnement, des droits humains…) en plus des indicateurs financiers traditionnels. Elle représente près de 20% des encours de l’épargne salariale en France (soit 27,2 milliards d’euros d’après les derniers chiffres publiés par l’Association Française de la Gestion Financière fin 2020). « Il existe une forte appétence pour l’investissement responsable. Et malgré une compréhension encore limitée de ce sujet, on observe une progression constante de ce type d’investissement par les particuliers », ajoute Frédéric Lenoir.

Une offre mal connue

Néanmoins, les teneurs de compte et les entreprises qui proposent de l’épargne à leurs salariés doivent redoubler de pédagogie en la matière. Plus de la moitié des personnes interrogées ne savent pas si elles ont accès à un fonds ISR dans leur dispositif d’épargne salariale. Elles sont encore moins nombreuses à connaître les différents labels qui existent en France : label public ISR, greenfin (fonds verts), Finansol (pour les produits solidaires) ou encore celui du Comité intersyndical de l’épargne salariale (CIES, pour les FCPE). Ces certifications sont pourtant gage d’un minimum de sérieux dans l’offre de plus en plus pléthorique. Il est vrai que certains fonds dits « responsables » ne tiennent pas vraiment leurs promesses.