Se connecter S’abonner

Epargne : Bercy veut inciter les Français à dépenser l’argent accumulé pendant la crise, pas le taxer

Donations, transferts… Bercy étudie des pistes capables d’inciter les Français à délester leurs livrets de l’épargne accumulée depuis le début de la crise du Covid-19, il y a un an, et réaffirme qu’elle ne sera pas taxée.

épargne
Crédit: iStock.

Quelque 455,5 milliards d’euros dorment sur les Livrets A et Livrets de développement durable et solidaire (LDDS) de France, d’après la Caisse des dépôts. Plutôt que de taxer cette épargne, le gouvernement dit vouloir inciter leurs détenteurs à débloquer les fonds accumulés. Alors, selon Les Echos, Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance devrait présenter dans les prochaines semaines un dispositif incitatif. Il pourrait passer par des transferts ou dons entre générations. La démarche vise à proposer « un dispositif pour assurer que l’épargne des Français va bien à la relance de l’activité économique et aux entreprises françaises », a déclaré le ministre au quotidien, en marge d’un point presse consacré au fonds de solidarité, la semaine dernière.

Une telle piste avait déjà été évoquée par Gérald Darmanin en 2019, alors qu’il était ministre des Comptes publics. Du côté de Bercy, on ne perd pas non plus de vue que « nous serons jugés à la fin de l’année sur le retour de la croissance, qui doit être la plus forte possible. Il est donc normal d’anticiper ».

Ni livret C ni impôts supplémentaires

Alors que l’été dernier Bruno Le Maire misait sur la modernisation de produits financiers, comme les plans d’épargne retraite, pour que ces fonds participent à la relance économique, son ministère reconnaît aujourd’hui avoir fait chou blanc.

Pour que les Français consomment davantage, la confiance en l’avenir est essentielle, mais certains politiques veulent aller vite. C’est notamment le cas d’Eric Woerth (LR). Dès le printemps 2020, le président de la Commission des Finances à l’Assemblée a proposé la mise en place d’un Livret C, comme Covid-19, dont les fonds iraient vers les Très petites entreprises (TPE) et les PME. Une idée que l’exécutif juge non adaptée aux règles prudentielles. De la même manière, ce dernier s’oppose à la taxation de l’épargne des Français demandée par une partie de la gauche. « J’écarte une nouvelle fois clairement et définitivement toute taxation de l’épargne des Français », a assuré Bruno Le Maire.