Se connecter S’abonner

Vers un coup de pouce aux donations ?

Invité sur franceinfo lundi 29 mars, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance a réaffirmé que l’épargne des Français ne serait pas taxée. Pour favoriser la relance, il mise sur des donations de « quelques milliers d’euros » sans aucune taxe.

LEP
iStock

Les donations ne sont pas une « politique pour les riches ». Pour Bruno Le Maire, invité par franceinfo lundi 29 mars, il s’agit d’une question de solidarité dans les familles. Aussi, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance compte les faciliter pour encourager les Français à piocher dans leur épargne. « Vous avez un enfant qui n’a pas pu faire son stage, n’a pas eu son contrat, ne serait-ce pas juste de permettre de lui donner quelques milliers d’euros sans aucune taxe, sans aucun impôt, de façon à lui permettre de passer les mois qui viennent sans trop de difficulté ? Permettre à des grands-parents de soutenir leurs petits-enfants, cela me paraît juste », a-t-il précisé concernant les donations. D’ici quelques jours, une proposition devrait être arbitrée. Elle concernera des donations dont le plafond « sera réduit », à « quelques milliers d’euros pas plus ». « Il ne s’agit pas de faire sauter les plafonds et de faire une politique qui pour le coup bénéficierait uniquement aux catégories les plus aisées de la population française », a ajouté Bruno Le Maire, assurant qu’il n’y aura ni taxe, ni impôt.

« C’est une manière de dire que nous sommes tous solidaires et qu’il faut permettre à ceux qui sont plus âgés d’aider les jeunes », assure Bruno Le Maire. Aujourd’hui, les donations d’un parent à un enfant sont libres de droits pour des biens ou des montants allant jusqu’à 100.000 euros, auxquels peuvent s’ajouter 31.865 euros de dons d’argent, et cela tous les quinze ans. Pour les grands-parents, le maximum est de 31.865 euros.

L’actionnariat salarié se développe

Profitant de son interview, il a rappelé que l’épargne ne serait pas taxée. « Ce serait profondément injuste alors qu’ils [les Français] ont mis de l’argent de côté pour faire face à des dépenses imprévues pendant la crise, et ce serait totalement inefficace parce que cela empêcherait la relance économique », a expliqué le ministre.

Il estime que l’épargne engrangée permettra aux Français d’investir « dans les PME, les entreprises et ils le font. 800 000 PEA [plan d’épargne en actions] ont été ouverts depuis deux ans, le plan d’épargne retraite fonctionne remarquablement bien, on a réussi à développer l’actionnariat salarié ».

Depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19, il y a un peu plus d’un an, l’épargne a fortement augmenté. Selon la Banque de France, l’excès d’épargne des ménages atteindra 165 milliards d’euros en fin d’année, soit 8% du produit intérieur.