Se connecter S’abonner

Livret A : avec l’accord de votre banque, certains prélèvements sont désormais autorisés

Les détenteurs d’un Livret A ont maintenant la possibilité d’y faire prélever les factures de leurs opérateurs de téléphonie mobile et d’internet.

factures Livret A
Crédit : iStock.

Le Livret A évolue. Un arrêté publié au Journal officiel du jeudi 17 février précise que ses détenteurs peuvent l’utiliser pour régler leurs factures dues aux « opérateurs de communication électronique », soit d’Internet et de téléphonie mobile. Avec l’accord de leur banque, celles-ci peuvent directement être prélevées sur leur compte épargne, de manière récurrente. L’arrêté ne marque pas une vraie nouveauté, mais plutôt une adaptation au mode de vie. En effet, il modifie celui du 4 décembre 2008, qui réglemente les différentes opérations pouvant être réalisées sur le placement préféré des Français.  

Par exemple, depuis quatorze ans, il est tout à fait possible de demander à ce que l’impôt sur le revenu soit prélevé sur un Livret A. Il en va de même pour la taxe d’habitation, la taxe foncière ou bien la contribution à l’audiovisuel public. Les factures d’eau, d’électricité et de gaz peuvent également être réglées depuis le Livret A, sans oublier les loyers dus aux bailleurs sociaux ou aux sociétés d’économie mixte en charge de la gestion de logements sociaux.

Des pratiques variables selon les banques

D’autres opérations que des prélèvements sont également possibles. Vous pouvez demander, par exemple, à ce que des prestations sociales soient virées sur votre Livret A ou celui de votre enfant. Elles doivent être versées par des collectivités publiques et des organismes de sécurité sociale. Les agents publics retraités peuvent aussi faire virer leur pension sur leur livret d’épargne.

Si La Banque postale promeut le fait qu’elle accepte les virements et les prélèvements sur le Livret A, les autres établissements se penchent sur chaque demande réalisée par leurs clients. « Les établissements bancaires distributeurs du livret A sont cependant libres d’autoriser ou non certaines opérations : les conditions générales de commercialisation doivent préciser les opérations autorisées », indique Bercy sur son site internet. Si, d’après les contrats, tous les prélèvements et virements sont possibles à la Caisse d’épargne, à la BNP et à la Société générale, HSBC et la Bred les refusent.