Se connecter S’abonner

Epargne : les arnaques aux faux livrets se multiplient

Les autorités de contrôle des marchés financiers, de la banque et de l’assurance alertent sur la multiplication des escroqueries financières aux faux livrets d’épargne.

pensions
Crédit : iStock.

Les arnaques aux faux livrets d’épargne se multiplient, alertent les autorités de contrôle des marchés financiers, de la banque et de l’assurance (AMF et ACPR) et la direction de la concurrence (DGCCRF) dans Les Échos, mercredi 23 février. « L’an dernier, parmi les 1.202 inscriptions sur notre liste noire des sites ou entités proposant des crédits, des livrets d’épargne, des services de paiement ou des contrats d’assurance sans y être autorisés, la quasi-totalité des offres frauduleuses identifiées concernait de faux crédits ou des livrets d’épargne », explique dans le quotidien l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). 

« Et parmi les dossiers que nous avons reçus, la perte moyenne observée concernant les faux livrets s’élève à 72.000 euros avec même un dossier à 600.000 euros », ajoute-t-elle. La moyenne d’âge des victimes se situe entre 40 et 75 ans mais toutes les catégories socioprofessionnelles sont visées. « Les escrocs disposent d’une cible potentielle très large car les livrets d’épargne sont des produits financiers du quotidien », souligne dans Les Échos Grégoire Vuarlot, directeur du contrôle des pratiques commerciales à l’ACPR.

Prudence sur votre épargne

Messageries électroniques, annonces ciblées sur les réseaux sociaux, sites clonés… Chaque fois, le processus utilisé est finement mis en scène. « En 2021, nous avons ainsi eu l’exemple d’un site frauduleux cloné soixante-dix fois », affirme l’ACPR. Face à ce phénomène, les différentes autorités appellent les consommateurs à la prudence et à la méfiance. 

Elles conseillent de ne pas communiquer des données bancaires ou personnelles par téléphone, sur Internet ou par courriel. En cas d’interrogation, les victimes peuvent joindre le service Info Escroqueries ou se rendre directement sur le site internet-signalement.gouv.fr.