Se connecter S’abonner

Le Livret d’épargne populaire devrait être davantage utilisé

L’association de consommateurs CLCV estime que le LEP n’est pas assez utilisé, et souffre de n’être pas encore mis assez en avant par les banques.

Epargne retraite
iStock


Si la star des livrets demeure, à tort ou à raison, le Livret A, un autre livret mériterait d’être démocratisé : le Livret d’épargne populaire (LEP). Actuellement, il est tout simplement le produit sécurisé qui offre le meilleur rendement : 2.2%. En outre, permettant aux personnes qui disposent de revenus modestes d’épargner jusqu’à 7700 euros, « ce livret défiscalisé n’est pas suffisamment utilisé », déplore l’association de consommateurs CLCV.

Faible taux de détention

Selon la Banque de France, au 31 décembre 2020, le LEP n’était détenu que par 13.3% des personnes majeures, un taux bien loin de la proportion des personnes éligibles, du fait des conditions de ressources, estimée à 50%. Ainsi, alors que près de 15 millions de Français pourraient en bénéficier, seuls 7 millions de LEP sont recensés. Et ce sont les personnes de plus de 65 ans qui possèdent surtout ce livret : ils en détiennent 53% des encours et 45% des livrets.

Procédure facilitée

La CLCV déplore que ce produit soit « peu mis en avant par les banques ». Et ce alors que depuis mars 2021, la procédure a été facilitée. « Les banques peuvent désormais interroger directement l’administration fiscale afin de savoir si les conditions d’éligibilité sont respectées. Si cette dernière est en mesure de répondre, le souscripteur puis titulaire n’aura pas à fournir son avis d’imposition », rappelle l’association. Dans le contexte actuel inflationniste, la CLCV invite les banques à en faire davantage la promotion auprès des clients concernés. Elle suivra l’évolution du taux de détention.