Se connecter S’abonner

Le taux du Livret A devrait continuer à monter en 2023

Pour le gouverneur de la Banque de France, le taux du Livret A devrait encore augmenter en février prochain. Explications.

inflation
Crédit : Sipa.

Une nouvelle augmentation. Le gouverneur de la Banque de France a indiqué, mardi 19 juillet, que la hausse du taux du livret A, qui passe à 2% au 1er août, n’était vraisemblablement pas terminée. « Selon toute probabilité (…), le mouvement de hausse du taux du livret A se poursuivra au 1er février de l’année prochaine », a affirmé François Villeroy de Galhau, sans s’avancer sur un chiffre, à l’occasion d’une conférence de presse sur l’épargne réglementée.

Le taux du livret A, qui a commencé l’année 2022 à un plancher de 0,5%, a doublé une première fois au 1er février et va doubler à nouveau le 1er août, tout en gardant un rendement négatif en raison du niveau de l’inflation. 

L’inflation pas encore à son pic

La rémunération de ce livret, produit d’épargne détenu par un grand nombre de Français, dépend de l’inflation (5,8% en juin) et des taux interbancaires, auxquels les banques s’échangent de l’argent à court terme.

Or l’inflation n’est semble-t-il pas encore à son pic et le relèvement attendu dès jeudi des taux directeurs de la Banque centrale européenne (BCE) devrait entraîner la deuxième composante de la formule vers le haut.

Appel à la mobilisation pour le livret d’épargne populaire 

Par ailleurs, le gouverneur de la Banque de France a également insisté sur l’intérêt du livret d’épargne populaire (LEP) dont la rémunération passera à 4,6% au 1er août. Il est réservé aux ménages pas ou peu imposables. Sur les 18,6 millions de Français éligibles, seuls 6,9 millions de personnes (37%) en avaient un, à fin décembre 2021 et son encours a fortement baissé depuis 2008, passant de 65,1 milliards d’euros à 38,3 milliards d’euros actuellement.

La « première priorité » est de « davantage équiper » les Français qui y ont le droit, a affirmé François Villeroy de Galhau, afin d’ouvrir « des millions de LEP supplémentaires dans les années qui viennent ». Pour ce faire, « la mobilisation de tous, y compris des réseaux bancaires, doit se poursuivre ».