Se connecter S’abonner

Il fallait privilégier la gestion active en 2020

Les gérants actifs ont dans l’ensemble bien réussi à battre les indices en 2020. Mais leurs résultats sur longue période restent très décevants. Explication d’après la dernière étude Spiva.

actions
©iStockPhoto

Les gérants actifs ont su montrer leur talent en 2020. D’après la dernière étude S&P Indices Versus Active Funds (SPIVA), un peu plus de 60% des fonds d’actions européennes gérés activement, c’est-à-dire dans l’objectif de surperformer le marché, ont réussi à battre le S&P Europe 350, un des indices de référence pour cette classe d’actifs l’an passé. Un très bon score ! Même constat du côté des actions françaises où 65% des fonds gérés activement ont fait mieux que le benchmark.

De bons paris sectoriels ou géographiques

Ces résultats s’expliquent par la capacité des gérants à détecter les bons paris sectoriels ou géographiques à court terme. Ils parviennent aussi à limiter les pertes pendant les phases de marché baissier. Or l’année 2020 n’a pas été de tout repos en Bourse. Une situation qui favorise finalement de meilleures performances des gérants actifs.

Mais difficile pour eux de tenir le rythme sur longue période. Sur trois ans, près de 70% des fonds d’actions européennes sous performent. Ils sont même 85% dans cette situation sur dix ans. Le constat est similaire sur les actions françaises : moins de 10% des gérants actifs parviennent à battre leur indice de référence sur trois ans ou dix ans.

Fiches pratiques
Découvrir les ETF

Des fonds à sélectionner rigoureusement

Quels enseignements tirer de ces résultats ? Premièrement, la sélection de votre gérant est clef pour vous assurer des performances à long terme. Un des biais de cette étude est qu’elle ne vérifie pas si les fonds estampillés actifs le sont vraiment. Beaucoup de supports d’investissement se classent dans la moyenne car ils n’ont pas une véritable gestion de convictions, mais pratiquent plutôt une gestion indicielle déguisée. Vous payez donc des frais pour un gérant qui ne fait pas vraiment le job !

Des gestions indicielles en période de hausse

Deuxièmement, si vous ne voulez pas suivre régulièrement vos sélections de fonds ou quand les marchés sont dans une phase haussière régulière :  privilégiez la gestion indicielle. Elle permet de répliquer fidèlement la performance d’un indice via des supports comme des ETF (Exchange traded Fund). Vous obtiendrez donc peu ou prou la performance de l’indice moins les frais de gestion. Principal atout : ces frais sont très faibles en moyenne 0,40% d’après le dernier comptage de l’Autorité des marchés financiers (AMF), contre près de 2% sur les fonds gérés activement. Principal point faible : quand les marchés dévissent, la gestion indicielle aussi.