Se connecter S’abonner

Des épargnants assignent en justice H2O AM

Deux ans après les débuts des difficultés sur les fonds H2O AM, une association d’épargnants se tourne vers les tribunaux pour trouver de nouvelles réponses et tenter une indemnisation.

Le tribunal de commerce de Paris @Wikimedia

Fonds toujours bloqués, discussions rompues, problèmes administratifs récurrents… Les épargnants lésés par H2O Asset Management ont décidé de monter au créneau. L’association Collectif Porteurs H2O, qui réunit une cinquantaine d’investisseurs particuliers, vient en effet d’assigner en référé la filiale de Natixis IM. « Après avoir demandé en vain des documents financiers à la société de gestion, nous souhaitons obtenir une expertise judiciaire indépendante des fonds afin de mieux comprendre la situation et évaluer le préjudice réel », commente Gérard Maurin, président de l’association et fondateur de Mesnil Finance, conseil en gestion de patrimoine. Une démarche qui intervient seulement quelques semaines après le refus fin août du cabinet d’audit KPMG de certifier les comptes de H2O AM.

Des actifs illiquides douteux

Pour rappel, la société a été épinglée dès 2019 pour des pratiques de gestion douteuses. H2O AM, connue pour ses arbitrages agressifs sur les marchés à la manière de hedge funds, a investi dans des actifs illiquides. Elle a notamment pris d’importantes positions dans des dettes d’une holding appartenant au sulfureux homme d’affaires Lars Windhorst. Une situation qui a conduit au gel de plusieurs fonds de H2O AM, puis à la création de « side pockets », ou fonds de cantonnement pour la partie illiquides des actifs concernés. Des poches dans lesquels les souscripteurs ne peuvent toujours pas sortir. « Certains clients ont souscrit le fonds H2O Allegro pour lequel plus de 30 % des actifs sont toujours bloqués depuis deux ans, précise Gérard Maurin. De plus, pour tous ceux qui ont souscrit ce fonds via leur contrat d’assurance vie, cela entraîne des complications administratives récurrentes car les assureurs ont des difficultés à gérer ces actifs illiquides. »

Des milliers d’épargnants lésés

Plusieurs dizaines de milliers d’épargnants seraient encore concernés, pour un total d’environ 3 milliards d’euros d’encours bloqués. L’association espère bien que d’autres particuliers se joignent à leur action. « Nous souhaitons que toutes les personnes qui le souhaitent puissent être indemnisées », ajoute Gérard Maurin. Reste que la procédure prendra du temps. Il faut déjà compter entre trois et six mois pour l’assignation en référé. Une manière aussi de faire pression sur la société de gestion qui fait déjà l’objet d’une enquête de l’AMF.