Se connecter S’abonner

Scandale H2O AM : les épargnants concernés invités à rejoindre une action collective

La sanction record de 93 millions d’euros prononcée par l’AMF à l’encontre de H2O AM ouvre la voie aux procédures collectives pour dédommager les épargnants concernés. Etat des lieux des différents cabinets d’avocats déjà à la manœuvre.

donation
Crédit: iStock.

La Commission des sanctions de l’Autorité des marchés financiers (AMF) a rendu sa décision concernant H2O AM. Elle confirme les peines requises par le collège de l’AMF. La société de gestion et ses dirigeants, toujours filiale de Natixis IM, écope d’un blâme et d’une amende record de 75 millions d’euros. Ses fondateurs, Bruno Crastes et Vincent Chailley, sont quant à eux condamnés à verser respectivement 15 et 3 millions d’euros. Le premier est aussi interdit d’exercer une activité de gérant pendant cinq ans et le deuxième se voit infliger d’un blâme.

H2O AM conteste cette décision et fait appel. Elle vient par ailleurs d’annoncer qu’elle engage un remboursement partiel de 250 millions d’euros dans ses fonds cantonnés. Ceux-ci ont été mis en place après la découverte d’investissements illiquides, en particulier dans des dettes privées du sulfureux homme d’affaires Lars Windhorst. Une somme bien loin des montants toujours bloqués autour d’un milliard d’euros.

Un socle pour la défense des épargnants

Ces avancées marquent toutefois une nouvelle étape pour les épargnants lésés par H2O AM. « La décision de l’AMF remet en perspectives les fautes commises par la société de gestion et apporte un socle solide à la défense des épargnants », constate Christophe Lèguevaques, avocat au barreau de Paris. Ce dernier compte lancer une action collective conjointe à l’encontre de H2O AM, BPCE (maison-mère de Natixis IM) et son auditeur KPMG. Pour cela, il vise un minimum de 500 participants s’inscrivant avant le 30 avril via sa plateforme Myleo. Tout épargnant ayant investi, avant 2020, dans les fonds H2O (H2O Multibonds, Multistrategies, Allegro, Vivace…) peut rejoindre cette nouvelle procédure. Il suffit de s’inscrire en ligne et de régler les honoraires initiaux de 549 euros. Les avocats se rémunéreront ensuite en cas de réussite en récupérant 12% des indemnités obtenues.

[Action collective #H2O – Information] Réunion d’informations sur l’#actioncollective H2O #assetmanagement 📆 16/01 ⏰ 18h30 🎥 Sur ZOOM > https://t.co/1rV78JBkQm Intervenants : Me P. Sarrailhe #Avocat au barreau de Paris & New York, Me @CLeguevaques31 Avocat au barreau de Paris
MyLeo sur Twitter twitter.com

Des avancées déjà devant les tribunaux

Une autre action similaire est déjà en cours depuis 2021 à l’initiative du Collectif Porteurs H2O. Elle réunit d’ores et déjà 3 600 épargnants et a déjà connu quelques réussites en contraignant notamment H2O AM à communiquer des documents à un expert nommé par le Tribunal. Le rapport de ce dernier est attendu prochainement et une assignation devrait suivre courant avril. Vous pouvez encore la rejoindre si vous faites partie des milliers d’épargnants bloqués dans des fonds H2O AM. Vous avez pour cela jusqu’au 28 février pour adhérer à l’association. Il vous en coûtera cette fois 50 euros puis 30% des indemnités éventuellement récupérés seront prélevés. 

D’autres actions en parallèle

Un autre cabinet d’avocats a aussi commencé très tôt à suivre le dossier H2O. « Dès la suspension des fonds en septembre 2020, nous avons été contactés par plusieurs investisseurs particuliers, ce qui nous a conduit dès mars 2021 à mettre en demeure H2O AM et son actionnaire Natixis », rappelle Hélène Feron-Poloni, associée au sein de Lecoq-Vallon & Feron-Poloni. Ce cabinet est également connu pour défendre les épargnants dans Aristophil ou encore l’UFC Que Choisir dans son action de groupe contre Natixis (frais cachés dans les fonds à formule).

Accompagnant actuellement plusieurs dizaines d’épargnants, le cabinet reçoit chaque jour de nouvelles demandes. L’Association de défense des consommateurs CLCV va se joindre à la procédure contre H2O au titre du préjudice causé à l’intérêt collectif des consommateurs. « Le préjudice est énorme pour les épargnants. Ils ont d’abord vu tous leurs avoirs dans les fonds indisponibles pendant six semaines, puis une partie transférer dans des side pockets qui n’ont toujours pas été remboursées. Sans compter les personnes qui ont vendu la partie liquide de leurs investissements au pire moment compte tenu de leur perte de confiance légitimement éprouvée envers H2O AM», résume Hélène Feron-Poloni. Ses honoraires sont compris entre 600 et 1000 euros et 20% seront prélevés sur les indemnités obtenues. L’avocate rappelle que les personnes bénéficiant d’une assurance protection juridique peuvent bénéficier d’une couverture des frais de procédures.