Bourse : Rémy Cointreau retrouve une excellente visibilité dans le cognac

Au vu des excellents résultats du premier semestre, la direction du groupe Rémy Cointreau parait assez confiante sur une amélioration du résultat opérationnel courant légèrement supérieure à celle du chiffre d’affaires pour l’ensemble de l’exercice.

Notre sélection de cognac à découvrir.

La réaction mitigée des marchés à l’occasion de la publication du chiffre d’affaires du premier semestre de l’exercice 2017/2018 de Rémy Cointreau ne reflète pas la qualité de la performance et relève plutôt d’un mouvement de prises de bénéfices après les records historiques atteints par le titre quelques jours plus tôt. Car les chiffres sont excellents.

Notamment pour la division cognac (Maison Rémy Martin) qui représente les deux tiers des facturations et qui enregistre une croissance organique de 15,4% sur la période. C’est la zone Asie Pacifique qui tire cette croissance. Le groupe constate une bonne dynamique en Chine, un fort développement à Singapour et une amélioration au Japon.

Plus intéressant encore, la performance de Rémy Martin semble particulièrement alimentée par le succès des qualités haut de gamme qui génèrent naturellement les meilleures marges du groupe. Sur les autres segments, la tendance apparaît également satisfaisante puisque si l’on fait abstraction de la déconsolidation de la marque Passoa, l’activité liqueurs et spiritueux progresse de 5%, tandis que le repli de 9,2% des marques partenaires s’explique uniquement par la fin du contrat de distribution des marques de champagne.

Au vu de ce premier semestre, la direction parait assez confiante sur une amélioration du résultat opérationnel courant légèrement supérieure à celle du chiffre d’affaires pour l’ensemble de l’exercice. Elle peut d’autant l’être que la répartition des ventes évolue favorablement au profit des produits à forte valeur ajoutée et très bien margés comme le cognac Louis XIII.

Un effet de change négatif

Il faudra malgré tout compter sur un effet de change négatif de l’ordre de 7 à 8 millions d’euros sur le résultat opérationnel courant, ce qui ne devrait pas empêcher les principaux agrégats de progresser, y compris le bénéfice net que nous attendons autour de 155 millions d’euros à fin mars 2018. 

Cette prévision est capitalisée un peu plus de 34 fois sur la base des cours actuels, ce qui fait de Rémy Cointreau l’une des marques les plus chères de son secteur. Cette prime nous parait toutefois justifiée compte tenu du positionnement judicieux du groupe sur le très rentable segment du cognac et de la puissance des marques.

Les barrières à l’entrée dans le cognac sont par ailleurs très importantes et éliminent le risque de concurrence. Enfin, Rémy Cointreau n’a pas encore achevé sa stratégie de montée en gamme qui consiste à hisser la part des bouteilles d’exception (vendues à plus de 50 dollars) entre 60% et 65% du chiffre d’affaires à l’horizon 2019/2020 (49% en 2015/2016) et devrait pouvoir améliorer le niveau de ses marges malgré des efforts marketing toujours très soutenus.

L’objectif de marge opérationnelle courante a été fixé entre 21 ,5% et 22,5% à l’horizon 2019/2020 contre 20,7% en 2016/2017.Le dossier peut enfin comporter une dimension spéculative au regard de l’actionnariat familial, la famille Hériard Dubreuil détenant près de 55% du capital.

Sur le titre Rémy Cointreau, l’avis de la rédaction est : Positif

Sur le même thème

action bourse Remy cointreau

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique