Conseil Bourse : le titre Carrefour pourrait rester volatil

Mesures d’économies anticipées, rumeurs sur un rachat par l’américain Amazon… Les marchés attendent la feuille de route du nouveau patron Alexandre Bompard, qui ambitionne de transformer Carrefour.

Crédit: iStock.

Pas de mauvaises surprises sur le titre Carrefour en Bourse. Le marché s’est montré rassuré par la publication au troisième trimestre d’un chiffre d’affaires globalement en ligne avec les attentes. D’un montant de 21,8 milliards, il fait ressortir un sensible ralentissement de la dynamique interne (+0,5% contre +3,2% un an auparavant et +2,1% au premier semestre). La faute, bien évidemment, à une très mauvaise performance en France (-0,9%), où le groupe réalise un peu moins de la moitié de son chiffre d’affaires (45,9%), et à un ralentissement également de la tendance au Brésil, pénalisée par un reflux de l’inflation.

Avec une hausse de 4,4% des ventes, le marché brésilien demeure malgré tout le principal moteur du groupe puisqu’en Chine, la dynamique est toujours en décroissance (-4,6%) en dépit d’un redressement sensible (-7,8% un an plutôt) tandis que dans le reste de l’Europe (hors France), l’activité s’est légèrement appréciée de 0,6%).

L’hexagone concentre toutes les difficultés du groupe avec une nouvelle érosion au mois de septembre de 1,1 point de ses parts de marché à 20,7% qui s’explique en partie par une contraction de 1,7% des ventes des hypermarchés et un basculement en territoire négatif, pour la première fois depuis de nombreux trimestres, du chiffre d’affaires des supermarchés.

Nouveau plan stratégique en fin d’année

Le phénomène est à relativiser par le décalage à la fin du mois de septembre d’une campagne promotionnelle de rentrée mais le chantier du redressement des enseignes du groupe en France s’avère l’enjeu majeur de son nouveau patron, Alexandre Bompard.

Celui-ci a donné rendez-vous au marché en fin d’année pour dévoiler sa feuille de route en vue de transformer Carrefour. Hormis son plan d’action pour redresser la croissance et la rentabilité des hypermarchés français, il est attendu sur les moyens envisagés pour renforcer la présence du groupe sur internet et pour trancher sur la pertinence de continuer à exister en Chine.

Des mesures d’économies de l’ordre de 1 milliard sur trois ans sont également anticipées. En attendant, le groupe a confirmé pour l’ensemble de l’exercice une croissance de 2% à 4% du chiffre d’affaires à taux de change constants et une évolution du résultat opérationnel courant comparable à celle du premier semestre (-12,1%).

Il n’est pas impossible que le nouveau management en profite pour faire table rase du passé en provisionnant lourdement les comptes, ce qui pourrait peser sur le résultat net. Le titre pourrait rester volatile même si sa faible valorisation à 14,9 et 13,6 fois les profits pour cette année et 2018, et les rumeurs récurrentes d’une offre hostile de la part d’un géant du net comme Amazon devraient éviter un effondrement trop marqué du cours de Bourse.

Sur le titre Carrefour, l’avis de la rédaction est confirmé : « plutôt positif »

 

Les plus et les moins du dossier :

  • + Une faible valorisation
  • + La dimension spéculative
  • – La féroce concurrence en France
Sur le même thème

bourse carrefour conseil

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique