Analyse Bourse : encore des catalyseurs pour Faurecia ?

L’équipementier automobile Faurecia n’a pas déçu sur son troisième trimestre. La direction a d’ailleurs confirmé les objectifs annuels qui avaient été relevés fin juillet.

L’équipementier automobile Faurecia n’a pas déçu sur son troisième trimestre. ©iStockPhoto

Faurecia, l’équipementier automobile spécialisé dans les sièges, l’intérieur du véhicule, et le contrôle des émissions polluantes n’a pas déçu sur son troisième trimestre. La croissance organique de son chiffre d’affaires a atteint 10,7% sur la période soit 8,7 points de plus que la production automobile mondiale. Certes, l’intégration de deux coentreprises (Chang’an en Chine et FCA-Pernambuco au Brésil) jusque-là consolidées par mise en équivalence, a embelli ce joli tableau avec une contribution positive de 3,7% à la croissance, mais la performance n’en demeure pas moins très satisfaisante, d’autant qu’elle est assez bien répartie entre les divisions (le pôle intérieur étant le plus dynamique avec une progression de 13%), tandis qu’au niveau géographique la tendance a été un peu moins harmonieuse en raison de la stabilité des ventes en Amérique du Nord, sur un marché automobile toutefois en chute de 8,1%.

La dynamique a en revanche été particulièrement soutenue en Amérique du Sud (+47,5%), en Asie (+25%) mais aussi en Europe (+8,7%).

Avec des chiffres aussi bons, parmi les meilleurs du secteur sans doute sur la période, la direction de Faurecia a pu confirmer les objectifs annuels qui avaient été relevé le 21 juillet dernier. La croissance organique des ventes à valeur ajoutée est attendue autour de 7%, alors que la marge opérationnelle devrait évoluer entre 6,6% et 7% du montant de ces ventes contre 6,2% en 2016.

Un nouvel objectif de marge sera fixé pour 2018 lors de la publication des comptes annuels le 16 février prochain. Il devrait probablement s’inscrire en hausse pour converger progressivement vers la moyenne du secteur située autour de 8%.

Du retard à combler sur les concurrents

Faurecia a donc encore un retard à combler sur ses concurrents en termes de rentabilité, ce qui peut laisser un potentiel d’amélioration plus important de ses résultats sur les prochaines années. Reste à savoir si les investisseurs ne l’ont pas déjà intégré puisque l’action a bondi de plus de 60% depuis le début de l’année pour capitaliser un peu plus de 14 fois les profits attendus en 2017 et 12 fois ceux espérés en 2018.

Des multiples quasiment comparables à ceux de Valeo qui reste l’une des références chez les équipementiers français et européens. Toutefois, la perspective d’une nouvelle surperformance assez significative du marché automobile mondiale au quatrième trimestre pourrait entretenir le courant acheteur sur le titre.

En outre, grâce à la vente de ses activités pare-chocs à Plastic Omnium pour une valeur d’entreprise de 665 millions d’euros en 2016, Faurecia présente l’un des bilans les plus solides de la profession, avec un ratio d’endettement net sur fonds propres limité à 12,6% au 30 juin dernier. Des acquisitions pourraient soutenir la croissance future et servir de catalyseur au titre.

Sur le titre Faurecia, l’avis de la rédaction est : Plutôt positif

Sur le même thème

Conseils Bourse Faurecia

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique