Analyse Bourse : pour LVMH, pas de baisse de regime

Au troisième trimestre, le chiffre d’affaires de LVMH a conservé le rythme d’une croissance organique de 12% qui prévalait déjà au premier semestre. De très bon augure pour l’ensemble de l’exercice 2017

LVMH, le numéro un mondial du luxe n’a pas ralenti l’allure au troisième trimestre.©iStockPhoto

LVMH, le numéro un mondial du luxe n’a pas ralenti l’allure au troisième trimestre ! Alors que l’on pouvait s’attendre à une petite baisse de régime, ne serait-ce qu’en raison d’une base de comparaison un peu plus exigeante, le chiffre d’affaires a conservé le rythme d’une croissance organique de 12% qui prévalait déjà au premier semestre.

En publié, les ventes progressent d’avantage (+14%) et franchissent pour la première fois le cap de 10 milliards d’euros sur un trimestre, grâce à l’intégration des activités de Dior Couture, entrées dans le périmètre pour la première fois depuis le mois de juillet.

Elles ont plus que compensé l’impact de change très négatif estimé à 5% sur les facturations. Ce troisième trimestre aurait pu être bien meilleur encore si la division vins et spiritueux n’avait pas rencontré des problèmes d’approvisionnement dans le cognac qui se sont traduit par une baisse de 5% des ventes chez Hennessy.

Le président Bernard Arnault avait alerté sur ce fait dès le début de cette année et les marchés n’ont donc pas été trop surpris ni inquiets dans la mesure où ce phénomène traduit surtout la vigueur du marché du cognac, notamment aux Etats-Unis pour les qualités VS.

Dynamique soutenue du pôle mode et maroquinerie

Le principal point de satisfaction concerne la dynamique toujours aussi soutenue du pôle mode et maroquinerie, en croissance organique de 13% sur le trimestre, avec une tendance à priori similaire au niveau de Louis Vuitton, le navire amiral du groupe qui figure parmi les marques les plus rentables.

Le repositionnement de Louis Vuitton sur le très haut de gamme, avec un développement beaucoup plus qualitatif de son réseau de distribution et une innovation toujours très soutenue des produits constituent des ingrédients essentiels à ce succès.

Dior couture n’a pas démérité non plus avec une progression de l’ordre de 12%. Les autres divisions ne sont pas en reste, à commencer par les parfums et cosmétiques (+17%), les montres et la joaillerie (+14%) ou encore la distribution sélective (+14%) qui bénéficie d’un retour à la normale sur les zones de Hong Kong et Macao.

Le groupe le mieux valorisé de la cote parisienne

Ces chiffres sont de très bon augure pour l’ensemble de l’exercice 2017 et devraient inciter les analystes financiers à relever leurs estimations de bénéfices, même si l’impact des taux de changes devrait rester négatif d’ici à la fin de l’année.

Raison pour laquelle le titre a pu revenir sur ses plus hauts niveaux historiques et hisser la capitalisation boursière à 120 milliards d’euros, faisant de LVMH le groupe le mieux valorisé de la cote parisienne devant le pétrolier Total (avec une capitalisation légèrement inférieure à 115 milliards d’euros).

Sur la base des cours actuels, le titre LVMH capitalise près de 24 fois les profits attendus en 2017 et 22 fois ceux espérés en 2018. Ces ratios peuvent paraître tendus dans l’absolu, mais le marché dans son ensemble est devenu cher et LVMH présente des qualités justifiant une prime importante.

Le groupe est bien diversifié en termes de produits et sur le plan géographique. Il dispose aussi d’une structure financière toujours très solide malgré la reprise de Dior Couture pour 6,5 milliards d’euros qui sera aisément financée par une forte génération de cash et le recours à une dette très bon marché.

Sur le titre LVMH, l’avis de la rédaction est : Positif

Sur le même thème

bourse lvmh

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique