Tout juste intégré au portefeuille actions de Mieux Vivre Votre Argent le 24 novembre à un prix de 53,33 euros, le titre de cet acteur mondial de la fabrication de câbles a réagi curieusement à l’annonce par son concurrent italien Prysmian du lancement d’une OPA sur l’américain, General Câble.

En recul, l’action du groupe français a été pénalisée alors que les conditions financières proposées par l’italien pour mettre la main sur le concurrent américain sont très généreuses et devraient logiquement participer à la revalorisation globale du secteur et donc de Nexans.

En effet, l’OPA lancée à 30 dollars l’action offre une prime de plus de 80% par rapport au cours de bourse de General Câble avant sa mise en vente officielle en juillet dernier et de 38% par rapport à la dernière cotation du 1 décembre avant que ne soit dévoilée l’opération. Alors certes Nexans était en concurrence avec l’italien pour la reprise du concurrent américain et se trouve du coup marginalisé dans un secteur en pleine concentration mais le groupe français pourrait justement faire figure de cible pour des acteurs chinois ou des fonds d’investissement.

A moins que Nexans ne cherche à riposter en faisant à son tour une offre sur la branche de câbles sous-marins de Nokia valorisée à 800 millions. Avec un endettement net limité à 14% de ses fonds propres, le groupe français en a les moyens. 

Le bas de cycle a passé

En attendant, il est en plein redressement depuis le début de l’année. Son chiffre d’affaires a recommencé à croître à périmètre et taux de change constants et la dynamique accélère au fil des trimestres (+6,7% au troisième trimestre à métaux constants après +3,6% et +1,2% sur les deux premiers trimestres) soutenue par la très belle performance des câbles de haute tension sous-marines et pour les télécoms.

Après une stabilité du résultat opérationnel courant au premier semestre, il est anticipé en progression sur la seconde partie de l’exercice. A partir de 2018, l’inversion de tendance dans les câbles LAN aux Etats-Unis et à destination de l’industrie pétrolière et gazière constituera un puissant catalyseur. Des perspectives valorisées à 15,5 et 13,6 fois les profits pour cette année et 2018, ce qui est moins cher que les multiples moyens de l’indice SBF120 (16,7 et 15,4 fois). Le titre devrait réagir favorablement à la présentation programmée le 13 décembre du nouveau plan stratégique du groupe.

Notre « avis plutôt positif » sur le titre est confirmé.

Les plus et les moins du dossier
+Forte réduction de l’endettement net
+Politique de restructuration
– Profil cyclique.