Europacorp, la société de production de cinéma de Luc Besson, affiche une hausse de près de 30% lundi à la Bourse de Paris, portée par des informations de presse sur des négociations avancées avec Netflix non confirmées par sa direction.

Le titre du groupe aux finances mises à mal par le film « Valérian » progressait de 27,46% à 2,46 euros vers 12H40 dans un marché parisien en recul de 0,49%. L’action a bondi de 35% peu après l’ouverture.

Les investisseurs se montraient optimistes après un article publié la semaine dernière par Les Echos annonçant « un accord proche » avec Netflix en vue d’un rachat qui pourrait être dévoilé au moment du festival de Cannes.

Europacorp ne confirme pas les rumeurs

Mais un porte-parole d’Europacorp, contacté mardi par l’AFP, n’a pas souhaité confirmer ce qu’il a décrit comme des « rumeurs de presse ». « Il n’y a pas de négociations exclusives avec qui que ce soit. Ce ne sont que des spéculations à ce stade », a-t-il tempéré. Europacorp reste sur ses précédentes déclarations de janvier et du 2 février.

La société avait alors confirmé « des discussions avec divers partenaires financiers et/ou industriels potentiels en vue d’un renforcement de ses capacités financières ». Elle indiquait que « ces diverses discussions sont toutes à un stade préliminaire, qu’elles se prolongeront le temps nécessaire, que la structure d’un accord éventuel n’est pas arrêtée ».

La « mini-major » créée par Luc Besson en 1999 peine à se relever de la performance moindre qu’espéré de « Valérian » sorti l’an dernier, film le plus cher de l’histoire du cinéma français. 

Le géant américain du streaming Netflix investit en revanche de façon croissante dans la production de films et séries originales pour fournir de nouveaux contenus à ses 117 millions d’utilisateurs.

Mediawan, le nouveau groupe de médias français créé par Pierre-Antoine Capton, Mathieu Pigasse et Xavier Niel a en revanche dit ne plus être sur les rangs pour reprendre Europacorp.