L’AMF (Autorité des marchés financiers) a fait fermer 138 adresses de sites internet illégaux depuis 2014 pour « protéger les épargnants des dangers du trading très spéculatif », a-t-elle annoncé jeudi dans un communiqué.

Ces sites non autorisés proposent des produits financiers risqués, comme des opérations sur les changes ou des « options binaires », qui « peuvent être synonymes d’escroquerie ou de pertes importantes pour les particuliers », a expliqué l’AMF.

445 sites non autorisés listés par l’AMF

Outre la publication d’une liste de sites non autorisés, le gendarme de la Bourse engage depuis 2014 des procédures devant le Tribunal de grande instance (TGI) de Paris pour obtenir le blocage de l’accès à des sites illicites.

« Compte tenu de l’ampleur du phénomène (…) une audience se tient au TGI environ tous les deux mois », souligne l’AMF, dont les listes noires répertorient à ce jour 445 sites non autorisés.

Au total, depuis 2017, 47 ordonnances de blocage ont imposé la fermeture de 96 adresses de sites internet, auxquelles s’ajoutent 42 adresses fermées postérieurement à la procédure, soit un total de 138 adresses internet fermées, précise l’AMF.

L’AMF conseille, sur son site, de vérifier obligatoirement que les sites proposant aux investisseurs de miser sur le Forex ou via des options binaires figure bien sur la liste des prestataires autorisés à fournir des services d’investissement en France grâce au registre Regafi qui les recense.