Iliad a annoncé une chute des abonnés au fixe au premier trimestre, sanctionnée à la Bourse de Paris mardi, tandis que la maison-mère de l’opérateur télécoms Free a confirmé son lancement en Italie « avant le 21 juin ».

Sur les trois premiers mois de l’année, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros, en progression de 0,8%, un résultat néanmoins en dessous des attentes: les avis d’analystes compilés par Bloomberg évoquaient en moyenne 1,26 milliard d’euros.

Iliad souffre en particulier d’une baisse de ses ventes sur le fixe, liée tant à un repli de sa base d’abonnés que du revenu moyen par abonné (ARPU), tandis que le recrutement sur le mobile ralentit.

« Nous avons souffert commercialement sur les derniers mois et n’en sommes pas satisfaits mais sommes dans une situation qui reste bien meilleure que certains de nos concurrents », a reconnu le nouveau directeur général du groupe, Thomas Reynaud, lors d’une conférence téléphonique avec des analystes.

Conséquence de ces résultats en deçà des attentes, le titre Iliad a décroché à la Bourse de Paris, s’enfonçant de près de 20% mardi à la clôture (-19,52%), à 133,20 euros, dans un marché qui a terminé en légère hausse de 0,23%.

Plusieurs notes d’analystes ont souligné la difficulté à venir du groupe à générer un flux de trésorerie conséquent alors que la pression concurrentielle, tant dans le fixe que sur le mobile, s’accentue, limitant les possibilités de remontée de l’ARPU à l’avenir.

Free fait grise mine sur ses abonnements fixes

Free voit sa base d’abonnés sur le fixe reculer de près de 200.000 clients par rapport à la fin de l’année 2017, avec un ARPU qui est même en baisse de 1,60 euro sur un an, à 32,90 euros, des résultats décevants que ne compensent que partiellement la progression des abonnés à la fibre (FTTH). Ceux-ci passent de 369.000 au 31 mars 2017 à 646.000 un an plus tard. Le total était de 556.000 fin 2017.

« On a une petite hausse de « churn » (taux de départ des abonnés, NDLR), une petite baisse de recrutement brut, et cela se voit tout de suite », a remarqué M. Reynaud, en assurant que ce taux a « déjà rebaissé significativement ».

Conséquence de cette baisse d’activité, le chiffre d’affaires du fixe est en repli de 1,6% sur le trimestre, ce que le groupe explique par « la forte pression concurrentielle, l’impact des promotions et de la TVA sur l’audiovisuel ».

Sur le mobile en revanche, le chiffre d’affaires s’inscrit en hausse de 3,9%, profitant notamment de la dynamique de recrutement de nouveaux abonnés, avec 130.000 nouveaux clients revendiqués sur le trimestre, mais également un rééquilibrage du nombre d’abonnés au forfait à 20 euros par rapport à celui à 2 euros.

Free revendique désormais « plus de 19% de part de marché », proche de son objectif de 20% sur le mobile.

« Nous avons désormais plus d’abonnés à 20 euros que des abonnés à 0 et 2 euros. La croissance du parc clients se fait exclusivement sur l’offre 20 euros et nous tentons d’accompagner la migration des abonnés 2 euros vers le 20 euros », a expliqué le fondateur du groupe, Xavier Niel, interrogé par les analystes.

Une nouvelle équipe dirigeante pour Iliad

L’opérateur a par ailleurs confirmé sa volonté de se lancer sur le marché italien, où il a obtenu une licence en septembre 2016 lors de la fusion de Wind et 3 Italia, « avant le 21 juin », après avoir espéré, dans un premier temps, un lancement « fin 2017 ou début 2018 ».

« Nous avons peut-être tardé sur certaines choses, les nouvelles box ou l’entrée en Italie mais que sont quelques semaines si on est sur une logique de long terme? Nous souhaitons nous lancer quand tout est prêt et que ça fonctionne, que ce soit en France ou en Italie », a déclaré Xavier Niel aux analystes.

Lundi soir, le groupe a également annoncé la mise en place d’une nouvelle équipe de direction avec l’arrivée au poste de directeur général de son désormais ex-directeur financier, Thomas Reynaud, alors que le directeur général actuel, Maxime Lombardini, devient président du conseil d’administration du groupe, à la place de Cyril Poidatz, nouveau secrétaire général.

Iliad a expliqué que cette nouvelle gouvernance aurait « pour mission d’accélérer le développement du groupe en France et en Italie ».