« Sell in may and go away ?» L’idée de liquider son portefeuille boursier avant de partir en vacances a de quoi séduire. Si vous profiterez ainsi de votre repos estival, vous risquez de rater quelques plus-values. Sans compter qu’il faudra le reconstruire à votre retour quand bien même les cours auraient entretemps chuté. En fait, vous pouvez éviter un été meurtrier à votre épargne, avec ces quelques règles.

1. Avant de partir, procédez à une revue détaillée de votre portefeuille

Evaluez vos lignes, classez les entre bons, moyens et mauvais élèves. Chez ces derniers, interrogez-vous pour savoir si ces actions peuvent remonter ou continuer à descendre, et pourquoi. Dans ce cas ultime, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Divers outils sont à votre disposition : la presse économique et financière, dont votre titre. Sans oublier divers indicateurs de performances : la progression des cours par rapport aux indices de référence (Cac 40, SBF 120, sectoriels, etc.), la valorisation via leur PER (Price Earning Ratio ou rapport cours sur bénéfices attendus), la rentabilité servie… N’oubliez-pas les perspectives futures de ces entreprises.

A LIRE >> Quand les cours ne cessent de monter, les marchés se rassurent en tapant sur les mauvais élèves

2. Fixez-vous des cours limites d’achat et de ventes

S’imposer un cours « pallier » pour parer une baisse ne pose pas trop de problèmes. Il en va autrement en sens inverse : trop d’investisseurs se persuadent qu’une valeur qui monte… grimpera jusqu’au ciel ! Programmez un allègement ou un renforcement de votre position dès que l’une de vos actions s’est appréciée ou repliée de 5 %.

3. Programmez sur votre tablette ou votre smartphone des ordres de Bourse

En cas de mouvement immédiat, négatif ou positif, l’ordre ‘au marché’ s’impose : il est prioritaire sur tous les autres, sans condition de cours et exécuté intégralement. Vous pouvez également choisir l’ordre ‘à la meilleure limite’ qui sert la meilleure demande (achat) ou offre (vente).  Si une action s’apprécie ou baisse doucement, optez pour un ordre ‘limité’ par lequel vous fixez un cours plafond pour vos achats ou plancher pour vos ventes. Et vice-versa si vous voulez prendre vos bénéfices ou profiter d’un repli.

A LIRE >> Placement refuge : quelles solutions pour acheter de l’or

Et si les marchés se retournent ? Tournez-vous vers des ordres à seuil de déclenchement, ‘stop’ : vous fixez le seuil de déclenchement. Avec l’ordre ‘stop limite’, vous les bornez entre deux seuils, ce qui permet de limiter ses pertes lorsqu’un titre chute brutalement.

4. Pas de maillot de bain pour le trader

Le trading est une activité chronophage sur laquelle le soleil ne se couche jamais : êtes-vous prêt à sacrifier vos heures de plage ? Ensuite, elle impose une connexion ultra-rapide et hyper-robuste : si elle plante avant qu’un ordre n’ait été exécuté, vous risquez une jolie « paume ». Pareil outil existe, depuis un web café : mais à l’étranger, son coût pourrait rogner vos plus-values et creuser vos pertes. Surtout si vous pianoter frénétiquement depuis votre smartphone.

5. Restez informé

Tout comme vous avez glissé dans votre valise le dernier polar dont tout le monde parle et une tablette pour occuper les enfants, ne déconnectez pas complètement. D’abord en restant informé via les journaux et la télévision, et, ensuite en installant des alertes pour vos titres.