Décidément, Nexans, cet acteur de solutions de câblage, qui figure au portefeuille Mieux Vivre Votre Argent à un prix de revient de 47,60 euros, réserve bien des déceptions. Après la démission surprise au printemps de son patron, Arnaud Poupart-Lafarge, moins de quatre mois à peine après la présentation d’un plan stratégique 2018/2022 « Paced for Growth » visant une augmentation de 25% du chiffre d’affaires par croissance interne et acquisitions et une amélioration de 1 point de la marge brute d’exploitation, le groupe annonce maintenant qu’il ne sera pas en mesure de remplir ses objectifs de l’exercice. En cause, les perspectives dans le domaine de la haute tension, qui était la branche la plus performante ces dernières années, ne seront pas au rendez-vous en raison de reports de cinq projets et de décalage dans le carnet de commandes. Et pour ne rien arranger, le groupe subit l’inflation des matières premières (plastiques et résines).

Effondrement du chiffre d’affaires au programme

L’excédent brut d’exploitation et le chiffre d’affaires devraient s’effondrer de respectivement 30% au premier semestre pour atteindre un point bas avant une inflexion de tendance sur la seconde partie de l’exercice. Mais pas suffisamment pour permettre au groupe d’améliorer ses performances comme envisagé initialement. Il vise désormais pour cette année sur une contraction de 15% de l’excédent brut d’exploitation à 350 millions (contre 411 millions en 2017).

A LIRE >> Bourse : 5 conseils pour que votre portefeuille ne vive pas un été meurtrier

Pour l’instant, le groupe maintient les objectifs du plan stratégique à moyen terne arguant de plusieurs appels d’offre prévus en 2020/2021 dans la haute tension terrestres mais leurs atteintes s’avèrent difficiles et susceptibles d’être à leur tour ajustés en baisse.

L’absence d’un vrai patron à bord

Cette nouvelle péripétie sur le groupe démontre l’absence d’un vrai patron à bord. La société précise que le process de recrutement du remplacement d’Arnaud Poupart-Lafarge est toujours en cours et qu’une annonce pourrait intervenir avant la publication le 26 juillet des comptes du premier semestre. Reste que le titre devrait demeurer durablement sous pression et que seule une OPA sur la société, contrôlée à 29% par le groupe chilien, Quinenco, et à 7,73% par Bpifrance, est susceptible d’inverser la tendance.

Le conseil de la rédaction sur le titre Nexans

Il nous semble préférable de tirer un trait à perte sur le dossier et de dégrader notre avis de « plutôt positif » à « plutôt négatif ».

Les plus et les moins du dossier :
+Forte réduction de l’endettement net
– Avertissement sur les résultats 2018
– Profil cyclique.