Plus forte hausse de l’indice SBF120 ce mercredi 20 juin, le titre JCDecaux a repris des couleurs après un début d’année très médiocre puisqu’il affiche un recul de près de 14%. Ce mouvement de défiance que nous jugeons excessif vis-à-vis de cette affaire familiale (64% contrôlée par la famille JC Decaux) tient à un retour à une croissance organique moins prononcée que prévu au premier trimestre.

A LIRE >>> Bourse : 5 conseils pour que votre portefeuille ne vive pas un été meurtrier

Même tendance anticipée au deuxième trimestre. Alors que le groupe lorgne sur les Etats-Unis pour renforcer sa part de marché encore trop faible (8% du chiffre d’affaires), c’est finalement en Australie où il est présent depuis 2000 et le gain du contrat de mobilier urbain pour la ville de Sydney qu’il a choisi de consolider ses positions.

Il lance une OPA avec une prime de 30% sur APN Outdoor Group Limited coté en Bourse. L’opération est de taille puisqu’elle valorise la cible à 700 millions d’euros et sera financée à crédit par JCDecaux. Elle s’annonce très complémentaire.

Un effet positif de 10% sur les profits de JCDecaux

APN Outdoor Group Limited est positionné sur l’affichage grand format et sur le segment du transport, tandis que JCDecaux dispose de parts de marché significatives dans le mobilier urbain.

Sans présager à ce stade d’un accord de la part du conseil d’administration et des actionnaires d’APN Outdoor Group Limited, les premiers retours des cabinets d’analystes financiers sont très favorables et l’opération pourrait avoir un impact positif sur le bénéfice net par action de JCDecaux de l’ordre de 10% dès l’intégration de la cible.

A LIRE >>> Stratégie Bourse : que faire si la croissance fléchit ?

Avec un endettement net limité à 17% des fonds propres en fin d’année dernière et en intégrant le financement de l’australien APN Outdoor Group Limited, le groupe conserverait une marge de manœuvre pour saisir d’autres opportunités de croissance externe. 

En attendant, le titre peut paraître très cher avec des multiples de 26,3 et 23,3 fois les profits pour cette année et 2019 mais sa valorisation est redevenue inférieure à un ratio moyen de 27,2 fois observé sur la période 2011-2017. Le titre devrait pouvoir rattraper son retard sur le reste du marché. Notre avis « plutôt positif » sur le titre est renouvelé.

Les plus et les moins du dossier JCDecaux

+ Sa stratégie de gain de parts de marché.

+ Un bilan solide.

– Un titre cher en absolu