Conseil Bourse Valeo: un potentiel intact à moyen terme

L’action de l’équipementier automobile Valeo a été lourdement sanctionnées après la publication de semestriels encore décevants. Rester sur le titre ou vendre, telle est la question.

Crédit: iStock.

L’addition commence à être lourde pour les actionnaires de Valeo. Alors que l’équipementier automobile avait déjà refroidi les marchés en février dernier à l’occasion de la publication de ses résultats annuels, il n’est pas parvenu à les rassurer davantage en annonçant des performances un peu moins bonnes que prévu sur ce premier semestre. Il a surtout prévenu que sa marge opérationnelle pour l’ensemble de l’exercice pourrait légèrement baisser par rapport au niveau de 2017 (7,8% du chiffre d’affaires) alors qu’il tablait jusque-là sur une stabilité.

L’action a de nouveau été durement sanctionnée et présente désormais un bilan négatif de près de 30% depuis le début de l’année. Comme prévu, l’activité a pourtant accéléré au deuxième trimestre (+5% à périmètre et taux de changes constants, contre +1% au premier trimestre) et le groupe a continué de surperformer la production automobile sur ses principaux marchés, excepté en Chine.

Mais la hausse des matières premières et les amortissements liés aux investissement dédiés à la croissance future ont fait plier la marge brute de 0,2 point sur l’ensemble du semestre. Et si la marge opérationnelle, hors sociétés mises en équivalence, a été malgré tout stabilisée, à 7, 7% du chiffre d’affaires, ce n’est que grâce à une diminution des frais de recherche et développement.

En intégrant la quote-part des résultats mis en équivalence, notamment ceux de la co-entreprise avec Siemens, spécialisée dans les systèmes et composants haute puissance pour les véhicules hybrides et électrique, la marge se serait dégradée de 0,6 point. Car bien que très prometteuse au regard d’un carnet de commandes de plus de 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires, la co-entreprise Valeo-Siemens perd pour le moment de l’argent : 108 millions d’euros sur le semestre, dont la moitié pour Valeo, en raison de lourds investissements.

Une visibilité qui semble très diminuée pour Valeo

Elle devrait progressivement rejoindre le niveau de rentabilité du groupe à l’horizon 2022, mais dans l’immédiat, elle va impacter sa marge opérationnelle à hauteur de 0,3 point en 2018. La baisse de 10% du bénéfice net (453 millions d’euros), a aussi déçu du fait d’un taux d’imposition particulièrement élevé qui devrait toutefois rebaisser d’ici la fin de cette année.

Outre l’effet matières premières et les pertes de Valeo-Siemens, tous deux plus importants que prévu, l’équipementier évoque aussi la perturbation de certaines productions en Europe liée au nouveau cycle d’homologation des véhicules  (WLTP) pour justifier sa révision en baisse de marge pour cette année alors que ce facteur n’a pas été spécialement mis en exergue par d’autres équipementiers.

Les investisseurs n’ont pas non plus apprécié la faible génération de cash libre sur le premier semestre (36 millions d’euros sur le semestre), même si elle n’est que temporaire. Valeo a en effet choisi d’augmenter ses stocks pour repousser l’impact de la hausse des matières premières et de l’instauration des droits de douane américains sur un certain nombre de produits de base. La résorption des stocks dans les prochains mois devrait permettre au groupe de dégager sur l’année autant de cash qu’en 2017, soit environ 278 millions d’euros. A très court terme, la visibilité semble donc avoir diminué et Valeo en a payé le prix fort en bourse.

Mais si l’on se tourne vers 2019 et au-delà, les perspectives redeviennent beaucoup plus attractives. Le niveau élevé des prises de commandes (14 milliards d’euros sur le premier semestre 2018, hors Valeo-Siemens, après 27,6 milliards en 2017 et 23,6 milliards en 2016) permet de tabler sur un retour à une croissance organique à deux chiffres des facturations dès l’an prochain. Rendant l’objectif de chiffre d’affaires de 27 milliards d’euros à l’horizon 2021 crédible (18,5 milliards en 2017). On peut par ailleurs penser que les problèmes d’homologation et de matières premières ne viendront plus perturber les résultats. A plus long terme, la co-entreprise avec Siemens devrait devenir de plus en plus rentable.

Après sa forte chute et en dépit des ajustements à la baisse de la rentabilité à court terme, le titre ne capitalise plus que 11,5 fois les profits attendus cette année t 9,5 fois ceux espérés pour 2019. Il pourrait rester sous pression pendant quelques semaines en raison de la déception liée à ce nouveau recadrage, mais le potentiel à moyen terme reste intact. Raisons pour lesquelles nous resteonts « plutôt positif » sur le titre.

Les plus et les moins du dossier Valeo:

+ Un solide carnet de commandes

+ Une co-entreprise avec Siemens très prometteuse

– Des marges pressurisées à court terme

Sur le même thème

Action Valeo Conseils Bourse

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique