Bonne nouvelle pour les détenteurs d’actions : les versements de dividendes ne cessent de progresser ! Au deuxième trimestre, ils ont augmenté de 12,9% à l’échelle internationale par rapport à la même période en 2017 d’après une étude de la société de gestion britannique Janus Henderson. Au total, les entreprises cotées à travers le monde ont versé 497,4 milliards de dollars à leurs actionnaires.

A LIRE >> 6 pros de la finance ont accepté de nous révéler les actions qui, selon eux, devraient performer d’ici queqlues mois

Ce phénomène a concerné toutes les régions du monde et parmi elles, l’Europe figure comme le principal moteur des bénéfices partagés au deuxième trimestre 2018. Il est vrai que cette période coïncide avec le paiement des deux tiers des dividendes européens, alors que dans les autres pays celui-ci est davantage étalé dans le temps. Il n’empêche, les sociétés européennes ont largement récompensé leurs actionnaires avec un versement record estimé par Janus Henderson à 176,5 milliards de dollars, soit une hausse de 18,7% par rapport au deuxième trimestre de 2017.

Paiement record en France

Plusieurs pays européens ont particulièrement contribué à ce bon résultat. C’est le cas de l’Allemagne, de l’Espagne et surtout de la France. Les actionnaires de sociétés cotées tricolores ont ainsi bénéficié d’un paiement record de 50,9 milliards de dollars entre avril et juin, soit une hausse de 23,6% par rapport à la même période l’an passé. Seules deux sociétés françaises, évaluées par Janus Henderson, ont réduit le montant de leurs dividendes au deuxième trimestre, à savoir Engie et EDF. Toutes les autres l’ont fait croître et certaines dans une large mesure : AXA, BNP Paribas ou encore LVMH ont par exemple décidé d’augmenter leur dividende de respectivement de 5,10%, 11,8%, et 25% cette année. Même constat du côté de Total qui a annoncé un dividende à 2,56 euros par action en 2018, contre 2,48 euros en 2017. Le géant pétrolier prévoit d’ailleurs de le faire passer à 2,72 euros en 2020 !

Croissance attendue en 2018

Compte tenu de la poursuite de la croissance au niveau mondial et de l’amélioration des bénéfices, il est normal que les entreprises cotées en fassent profiter leurs actionnaires. Mais ces derniers peuvent se poser la question de la durabilité de cette tendance. D’après Janus Henderson, il n’y aurait aucune inquiétude à avoir d’ici à la fin de l’année. Le gestionnaire anticipe même encore une progression des versements et prévoit désormais une hausse annuelle de 7,4%, contre 6% initialement. Le montant des dividendes versés dans le monde s’établirait ainsi à 1358 milliards de dollars sur l’ensemble de l’année. Toutefois, le deuxième semestre devrait être marqué par un effet dollar plus important, ce qui pourrait peser sur les résultats des entreprises européennes.

Sur une plus longue période, Janus Henderson se montre encore confiant sur la poursuite de la hausse des dividendes. Seul bémol, la rentabilité des entreprises pourrait être affectée à terme par la guerre commerciale entamée par les Etats-Unis.