Le groupe de luxe Hermès a encore amélioré son niveau de marge au premier semestre, à 34,5%, tandis que son bénéfice net a progressé plus qu’attendu, grâce au succès de ses produits dans l’ensemble des régions du monde. « Hermès réalise une performance exceptionnelle au premier semestre », s’est félicité mercredi le président Axel Dumas, mettant en avant « un modèle solide dans un contexte mondial qui demeure incertain et instable ». Le bénéfice net du sellier-maroquinier s’est établi à 708 millions d’euros sur les six premiers mois de l’année, en hausse de 17% sur un an et supérieur aux prévisions des agences Factset et Bloomberg, qui tablaient toutes les deux sur 656 millions d’euros.

A LIRE >>> LVMH, L’Oréal, Hermès : il est toujours possible de profiter du gros potentiel des valeurs du luxe en Bourse 

Des perspectives de progression « ambitieuses »

Célèbre pour ses carrés de soie et ses sacs Kelly et Birkin, le groupe avait déjà publié fin juillet ses ventes semestrielles, qui s’étaient établies à 2,8 milliards d’euros, soit une progression de 5,2% en données publiées et 11,2% en organique. A cette occasion, Axel Dumas avait prévenu qu’il s’attendait à une rentabilité opérationnelle courante « proche du niveau record atteint au premier semestre 2017 » – au cours duquel la marge opérationnelle s’était établie à 34,3% des ventes. Mercredi, Hermès a fait état d’une marge opérationnelle de 34,5%, très proche des 34,6% atteints pour l’ensemble de l’exercice 2017.
Le groupe, entré en juin dernier au CAC 40, ne donne pas de perspectives chiffrées, mais indique qu' »à moyen terme, malgré le renforcement des incertitudes économiques, géopolitiques et monétaires dans le monde », il « confirme un objectif de progression du chiffre d’affaires à taux constants ambitieux ».