La BCE maintient ses taux au plus bas et confirme l’arrêt des rachats d’actifs

La BCE entend maintenir ses taux directeurs au même niveau « au moins jusqu’à l’été 2019 ». Quant aux rachats d’actifs prévus pour soutenir l’économie, ils s’arrêteront bien fin décembre.

Crédit: iStock

La Banque centrale européenne a maintenu jeudi ses taux au plus bas et confirmé l’arrêt en fin d’année de son vaste programme de rachats nets d’actifs, sauf dégradation majeure de l’économie dans l’intervalle. Le principal taux de refinancement a été conservé jeudi à zéro et les banques vont continuer à payer un intérêt négatif de 0,40% sur leurs dépôts excédentaires, selon le traditionnel communiqué de l’institution.

A LIRE >>> Krach durable sur les marchés financiers ou simple ajustement ?

La BCE entend maintenir ses taux directeurs au même niveau « au moins jusqu’à l’été 2019 », une échéance définie juste avant l’été et qui devrait être progressivement précisée l’an prochain. Comme annoncé en juin, les rachats nets de dette publique et privée, lancés en 2015 pour soutenir l’économie, vont se prolonger au rythme de 15 milliards d’euros par mois avant de s’arrêter fin décembre.

Le stock des obligations sera maintenu

Il faudra cependant, pour cela, que les prochaines données économiques « confirment les perspectives d’inflation à moyen terme » de l’institut, a rappelé la BCE. L’institution monétaire restera active sur le marché après la fin 2018 car elle va renouveler les titres arrivant à échéance « pendant une période prolongée après la fin des achats nets d’actifs », a-t-elle confirmé jeudi. Le stock des obligations d’Etat et d’entreprises, qui approchera les 2.600 milliards d’euros à fin décembre, sera maintenu pour éviter un durcissement trop précoce des conditions financières. Les marchés attendent désormais du président de la BCE Mario Draghi des détails pratiques sur ces réinvestissements qui devraient être opérés selon le poids de chaque pays membre dans le capital de la BCE – une pondération sans doute légèrement modifiée à compter de 2019. Le suspense demeure lui sur le moment où l’institution relèvera ses taux pour la première fois depuis 2011, alors que ce calendrier divise les membres de son conseil des gouverneurs.

Sur le même thème

Actualités marchés financiers

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique