Et voici les scénarios catastrophes entrevues par Saxo Bank pour 2019

Chaque fin d’année, la livraison du courtier en ligne Saxo Bank est attendue avec impatience. Le cru 2019 regorge d’anticipations propres à déclencher des flots de sueurs froides chez les investisseurs. Saxo précise cependant que cet exercice ne correspond en rien avec ses prévisions macroéconomiques et boursières. Et si… ?

Comme tous les ans, Saxo Bank livre ses scénarios catastrophes. Crédit Istock

Comme tous les ans, Saxo Bank livre ses scénarios catastrophes. Le millésime 2019 ne fait pas exception à la règle : corsé, salé et robuste ! Les économistes et prévisionnistes du courtier en ligne ont concocté dix prédictions chocs, étayées par leur expérience, leurs tables de probabilités sans oublier leur feeling. D’où dix histoires extraordinaires comme cette éruption solaire massive qui causerait plus de 2000 milliards de dollars de dégâts dans les réseaux de Télécoms, de distribution d’énergie, etc., de la planète. Ou l’instauration d’une taxe sur les transports aériens afin de lutter contre le réchauffement climatique. L’équipe, emmenée par son chef économiste, Steen Jacobsen, tempère cependant son propos : la probabilité de déclenchement de la prochaine crise systémique court sur dix-huit à trente-deux mois.

Une idée force émerge de ces scénarios

De ces scénarios émergent une idée force : « trop c’est trop… le monde devra se réveiller et créer des réformes, non parce qu’il le veut mais parce qu’il le doit » martèlent les équipes de Saxo Bank. Et de fustiger l’irresponsabilité maximale des politiques, des entreprises et des individus, le report au lendemain de décisions douloureuses mais indispensables, une cupidité portée au pinacle. Dans leur ligne de mire : l’amélioration marginale et la prévention des incidents plutôt que sur la prise de décisions audacieuses pour rendre le monde meilleur, plus rapide, plus juste et plus égalitaire.

D’où -toujours dans leurs prédictions chocs- la probabilité croissante d’un crédit crunch, causé par un endettement au-delà de la côte d’alerte, qui se propagerait comme une traînée de poudre autour de la planète. Aux Etats-Unis, la fermeture du robinet du crédit pousserait Tesla dans les bras d’Apple, et Netflix à de très sévères restructurations, aussi radicales que celles affectant par le passé Général Electric. Pire : Donald Trump obtiendrait le ‘scalp’ de Jérôme Powell et le remplacerait par un profil plus malléable à la tête de la FED. Cette dernière soignerait une sévère ‘gueule de bois’ par une politique ‘Open Bar’ : une injection massive de liquidités via un Quantitative Easing qui dépasserait les 5000 milliards de dollars, pour financer les dépenses d’infrastructures promises par le locataire de la Maison Blanche.

L’Allemagne en récession

Encore plus fou : l’éclatement de la bulle immobilière australienne conduirait la Banque Centrale de ce pays-continent à la nationalisation des plus grosses banques locales asphyxiées par des créances irrécouvrables et des actifs totalement dévalués. Pire : ce tarissement du crédit pousserait l’union Européenne à enterrer la règle du déficit public plafonné à 3 % du PIB…. Et à annuler de facto la dette de ses pays membres ! Circonstance aggravante : l’Allemagne plongerait en récession du fait d’une baisse drastique des exportations d’autos, un secteur qui pèse 14 % de son PIB, en raison des droits de douane instaurés aux Etats-Unis et du retard (tout relatif) de ses marques pour fournir des véhicules électriques.
Quant au Brexit, il serait mené, selon Saxo Bank, par Jeremy Corbyn, une fois que Theresa May, poussée par ses troupes à la démission, et les conservateurs aient été balayés lors d’élections générales anticipées. Le leader travailliste aurait les coudées franches pour mener une politique socialiste d’outre-tombe ou puisée dans la vulgate marxiste du XIXème siècle. Conséquence : une fuite massive des capitaux, conduisant à la chute en vrille de la livre… bientôt arrimée au dollar !

Sur le même thème

Conseils Bourse

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique