Placement : l’or revient sur le devant de la scène

Avec sa bonne résistance en 2018 dans un contexte de baisse des marchés, le métal jaune connaît un retour en grâce.

Crédit : Istock.

En ayant mieux résisté à la chute des marchés en 2018 que la quasi-totalité des autres classes d’actifs, l’or est revenu sur le devant de la scène. L’once de métal fin (l’équivalent de 31 grammes environ) se négocie désormais à près de 1 300 dollars, un niveau qui n’avait plus été égalé depuis mai dernier.

Cela reste très inférieur au record historique de plus de 1 900 dollars atteint en pleine crise de la dette, en septembre 2011, mais le retour en grâce de la « relique barbare », comme la surnommait l’économiste Keynes, pourrait bien se poursuivre dans un contexte économique de plus en plus incertain. La demande s’accentue, notamment de la part des fonds indiciels adossés à l’or, qui ont augmenté leurs encours de plus de 130 tonnes au cours du dernier trimestre 2018.

A LIRE >>> Avec les prévisions des gérants d’actifs pour l’année boursière 2019, on peut se dire que tout ne va donc pas si mal. A moins que…

Si l’or a pour principal inconvénient de ne rapporter aucun intérêt ou dividende, il présente une qualité unique : c’est un actif tangible et palpable ! Et il ne peut pas se multiplier comme les billets de banque puisque l’offre mondiale (production et recyclage) plafonne autour de 4 400 tonnes par an. Raison pour laquelle il figure parmi les principales valeurs refuges au même titre que le dollar ou les emprunts d’Etat américains ou allemands (pour d’autres motifs).

Le billet vert est sur une pente descendante

En général, le dollar et l’or se disputent ce rôle de placement sûr, selon le contexte, et évoluent en sens inverse. Les nuages qui commencent à poindre sur l’activité américaine pourraient faire redescendre le billet vert de son piédestal et alimenter le courant haussier sur le métal fin. D’autant que si la situation économique des Etats-Unis venait à se dégrader, la banque centrale serait moins pressée de relever ses taux, ce qui limiterait l’attractivité des bons du Trésor américain par rapport à celle de l’or.

Jusqu’où la revalorisation du métal jaune peut-elle aller ? Il est peu probable que l’on renoue de sitôt avec les plus hauts historiques car seul un risque systémique le justifierait. Toutefois le niveau d’endettement global record, public et privé, relevé par le Fonds monétaire international (FMI) a de quoi nourrir certaines craintes.

Les 190 pays recensés par l’institut auraient accumulé 184 000 milliards de dollars de dette à la fin de l’année 2017, soit l’équivalent de 225 % de leur PIB en moyenne. Or, la fin des politiques monétaires ultra accommodantes des banques centrales pourrait fragiliser certains pays ou acteurs économiques et provoquer des situations de défaillance. Auquel cas le métal jaune aurait encore de beaux jours devant lui.

Sur le même thème

Acheter de l'or Conseils Bourse placements 2019

Téléchargez le guide « Où placer votre argent en 2019 »

Un guide réalisé par la rédaction de Mieux Vivre Votre Argent

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique