Renault dévoile ses résultats 2018, les derniers de l’ère Ghosn

Renault solde jeudi l’ère Carlos Ghosn avec la publication de ses résultats pour 2018, les derniers portant la marque de son ex-patron, incarcéré depuis novembre au Japon.

Le bénéfice net devrait s’afficher nettement en baisse par rapport au chiffre record de 5,1 milliards d’euros publié en 2017. Les analystes interrogés par Factset tablent en moyenne sur 3,9 milliards. Mais ce recul est essentiellement lié à la chute attendue de la contribution de Nissan. Le partenaire japonais, dont Renault détient 43%, a annoncé mardi une chute de 45% de ses profits entre avril et décembre 2018, à 2,5 milliards d’euros, alors que ses ventes ont stagné.

A LIRE >>> Bourse : quels scénarios pour l’avenir du titre Renault après la chute de Carlos Ghosn ?

Nissan, longtemps locomotive de l’alliance franco-japonaise, fait désormais pâle figure par rapport à Renault, dont les performances opérationnelles restent très solides, grâce à ses véhicules low-cost qui se vendent très bien dans les pays émergents, comme en Europe.

Des ventes record annoncées en janvier

En janvier, le groupe Renault (avec Dacia, Lada, Samsung Motors, Alpine, et les utilitaires vendus en Chine sous les marques Jinbei et Huasong) a annoncé un nouveau record de ventes mondiales, à 3,88 millions de véhicules, en hausse de 3,2%.

Alors qu’il était centré sur l’Europe, il y a encore une quinzaine d’années, Renault a réussi à s’internationaliser et écoule désormais plus d’un véhicule sur deux dans le reste du monde, notamment en Russie, en Afrique du Nord, en Inde, en Amérique latine, et même désormais en Chine où le groupe est arrivé tardivement.

La marge opérationnelle, un indicateur très suivi par les experts, est attendue à plus de 6% du chiffre d’affaires sur l’ensemble de l’année, un résultat très honorable pour un constructeur généraliste et désormais 50% plus élevé que chez Nissan.

La présentation des résultats annuels, systématiquement faite par le PDG Carlos Ghosn les années précédentes, sera assurée pour la première fois par son successeur au poste de directeur général exécutif, Thierry Bolloré, qui était auparavant son adjoint. Mis en examen au Japon pour des malversations et abus de biens sociaux présumés, M. Ghosn coincé en prison jusqu’à son procès prévu dans plusieurs mois, avait démissionné fin janvier.

Un test pour Bolloré

« Les commentaires de M. Bolloré, sa conviction, ses réserves ou pas dans les objectifs » pour 2019, seront particulièrement scrutés, estime Gaëtan Toulemonde, analyste pour la Deutsche Bank. « Le premier semestre 2018 avait plutôt bien résisté. Est-ce que le deuxième a été ou pas aussi difficile? » que certains l’anticipent, s’interroge-t-il.

Comme plusieurs de ses concurrents, le constructeur français a notamment souffert en fin d’année en Europe de l’entrée en vigueur d’une nouvelle norme d’homologation des véhicules (WLTP) plus exigeante sur les émissions polluantes, le contraignant à retirer provisoirement certaines motorisations diesel de son catalogue.

Pour M. Toulemonde, l’un des grands points positifs du bilan de Ghosn aura été l’internationalisation du groupe, avec notamment ses positions fortes dans les pays émergents où se trouvera la croissance des prochaines années, ainsi que le succès de Dacia, la filiale roumaine « low cost ». En revanche, il n’aura jamais réussi à vendre correctement aux investisseurs l’alliance avec Nissan, élargie en 2017 à Mitsubishi, avec pour conséquence une mauvaise valorisation de l’action Renault en bourse.

L’affaire Ghosn et les tensions qu’elle a engendré depuis plusieurs mois entre Paris et Tokyo aura encore accru les doutes sur la solidité d’une alliance batie sur des participations croisées non majoritaires entre des entreprises restées indépendantes.

Renault comme Nissan ont pourtant besoin de l’alliance, estiment unanimement les experts. Le trio Renault-Nissan-Mitsubishi s’était hissé en 2017 en tête des ventes automobiles mondiales, devant Volkswagen et Toyota. L’ensemble franco-japonais a conservé son premier rang en 2018, avec 10,76 millions de véhicules vendus dans le monde.

Grâce à cette taille géante, la mutualisation des achats, des usines, des pièces et des plateformes, ainsi que de la recherche et du développement, procure des économies considérables qui pourraient atteindre 10 milliards d’euros en 2022, selon les prévisions de l’alliance.

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Articles récents

La Bourse de Paris poursuit son déclin ce lundi

La Bourse de Paris recule ce lundi matin dans le sillage de Wall Street et des marchés asiatiques, éprouvée par…

25/03/2019 10:35

Pension de retraite : et si le cumul emploi-retraite permettait de gagner des points ?

Rendre le cumul emploi-retraite plus intéressant. C’est le sens de l’annonce de Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire à la retraite.

25/03/2019 10:16

Les frais bancaires baissent pour la première fois en trois ans

Entre les banques qui ont gelé leurs tarifs et celles qui en ont baissé certains, les Français devraient dépenser un…

25/03/2019 09:23

Impôts 2019 : nos conseils pour bien déclarer les revenus de vos placements

Qu’ils proviennent d’un contrat d’assurance vie, d’un PEL, d’un compte titre ou encore de dividendes, tous les intérêts engrangés en…

23/03/2019 08:00

Automobile: la fin du moteur thermique coûtera « des centaines de milliards d’euros »

Si la disparition des voitures essence et diesel va conduire à forte réduction des émissions de CO2, la disparition des…

23/03/2019 07:00

La SNCF fait le ménage dans ses cartes de réduction

La compagnie ferrée nationale a présenté ce vendredi ses nouvelles cartes de réduction. Principales nouveautés : une carte pour les…

22/03/2019 16:00