Bourse : le titre Seb peut-il encore monter ?

Le titre Seb, célèbre leader mondial du petit électroménager, a signé jeudi la deuxième plus forte hausse du SBF120, portant son avance à plus de 34% depuis le début de l’année. Ce qui en fait là aussi la sixième meilleure performance des deux premiers mois.

Thierry de la Tour d'Artaise, président directeur genéral du groupe Seb. Crédit : PRM/SIPA

Chaque semaine, sur Mieuxvivre.fr, les journalistes de La lettre de la Bourse analysent une valeur de la cote parisienne et vous conseillent de l’acheter, de la vendre ou de rester à l’écart du titre. La Lettre de La Bourse est une publication du groupe Valmonde, éditeur du magazine Mieux Vivre Votre Argent.

Le groupe Seb vient de dévoiler des comptes annuels d’excellente qualité obtenus dans un contexte pourtant difficile et contrarié à la fois par un effet devise négatif lié à la dépréciation de certaines devises émergentes (livre turque, le rouble, le peso argentin ou le real brésilien) et un renchérissement du prix des matières premières. Le manque à gagner sur le résultat opérationnel d’activité est estimé à 100 millions. Et malgré ce handicap, Seb a été en mesure de faire progresser son indicateur de profitabilité de 5,2% à 695 millions à partir d’un chiffre d’affaires déjà connu de 6,81 milliards, en hausse de 5,1% alimentée notamment par la forte dynamique en Chine, le premier marché du groupe (28% des ventes).

De nouvelles acquisitions en perspective

La performance reflète une stabilité de la marge à un niveau élevé de 10,2%. Quant au bénéfice net, il a progressé de 11,8% pour atteindre le record de 419 millions. L’autre satisfaction de cette publication concerne le désendettement de 327 millions sur l’exercice grâce à une forte génération de flux de trésorerie d’exploitation (552 millions contre 322 millions en 2017) rendue possible par l’optimisation du besoin en fonds de roulement. Fin décembre 2018, l’endettement net était revenu à 68% des fonds propres. Seb a ainsi reconstitué une marge de manœuvre financière pour saisir de nouvelles opportunités de croissance externe. Une première acquisition a été annoncée début janvier avec le rachat du numéro deux américain des machines à café avec filtre pour professionnels, Wilburt Curtis, avec lequel des synergies pourront être mises en place avec la filiale allemande, WMF, qui a intégré le périmètre de Seb fin 2016. D’autres opérations devraient suivre.

En attendant, le groupe aborde l’année 2019 avec confiance. En témoigne la hausse de 7% du dividende proposé à 2,14 euros par action. L’environnement économique demeure très incertain mais la Chine devrait rester un moteur de croissance pour le groupe et le double effet matières premières et devises s’annonce moins pénalisant. Le marché table sur une croissance de 9,1% du résultat courant à 720 millions et du bénéfice net à 457 millions pour un chiffre d’affaires en progression de 6,2% à 7,24 milliards.

Le conseil de la rédaction

A 16,4 et 14,5 fois les profits espérés pour cette année et 2020, le titre est revenu à son niveau de valorisation moyen des 10 dernières années (15,7 fois). Il est possible qu’il puisse retrouver ses records des six derniers mois autour de 160 euros. Il ne faudra pas hésiter à prendre quelques bénéfices.

Notre conseil : allégez le titre Seb vers 160 euros (code : FR0000121709). 

Sur le même thème

Conseils Bourse

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique