Altran redonne confiance aux marchés et son rattrapage boursier n’est pas terminé

Les marchés ont salué les résultats du groupe d’ingénierie et de conseil en technologies Altran, meilleurs que prévu pour 2018, ainsi que les bonnes nouvelles concernant la nouvelle filiale Aricent. 

Les résultats de l’exercice 2018 du 1er groupe européen de conseil en innovation technologique n’ont pas apporté de mauvaises surprises. Crédit : Istock

Chaque semaine, sur Mieuxvivre.fr, les journalistes de La lettre de la Bourse analysent une valeur de la cote parisienne et vous conseillent de l’acheter, de la vendre ou de rester à l’écart du titre. La Lettre de La Bourse est une publication du groupe Valmonde, éditeur du magazine Mieux Vivre Votre Argent.

Soulagement pour les actionnaires d’Altran ! Les résultats de l’exercice 2018 du 1er groupe européen de conseil en innovation technologique n’ont pas apporté de mauvaises surprises, comme les précédents et ils ont même rassuré pour l’avenir puisque tous les clignotants sont repassés dans le vert. A commencer par ceux de la filiale, Aricent, dont le rachat récent a pu questionner suite à la révélation d’une affaire de fausses factures antérieure à l’entrée dans le périmètre du groupe et dont les conséquences ont heureusement été très limitées. Grâce à une structure de coûts optimisée, Aricent a même renoué avec une marge opérationnelle de 18,2% au cours du deuxième semestre, tandis que les activités en Allemagne sont redevenues rentables. Au final, la marge de l’ensemble du groupe s’est améliorée de 1,2 point en 2018 pour représenter 12,1% du chiffre d’affaires. Et si le bénéfice a reculé de 38,4%, c’est uniquement en raison de charges exceptionnelles (44,1 millions d’euros), essentiellement liées à l’intégration d’Aricent et aux restructurations en Allemagne. L’indicateur plus pertinent de l’évolution des affaires du groupe est le cash-flow libre qui a amorcé une remontée spectaculaire entre le premier semestre (négatif de 225 millions d’euros) et le deuxième (positif de 307 millions), ce qui permet à Altran d’alléger le poids de sa dette et de ses frais financiers.

Vers un doublement du bénéfice par action en 5 ans

La direction a aussi apporté des éléments positifs concernant la cyberattaque dont a été victime le groupe au début de cette année. L’incident est maintenant résolu et s’il peut légèrement affecter le chiffre d’affaires du premier trimestre, son impact sera invisible au niveau de la marge opérationnelle sur l’ensemble de l’exercice. Dans ces conditions et sur un marché toujours porté par une forte demande des clients en matière de digitalisation et de dépenses en recherche et développement, Altran semble confiant dans ses perspectives à moyen terme. Rappelons que le plan stratégique «High Road 2022 » vise un chiffre d’affaires de 4 milliards d’euros (2,9 milliards en 2018), une marge opérationnelle de 14,5% et un doublement du bénéfice par action par rapport à 2017. Le groupe aura malgré tout des défis à relever, notamment la stabilisation du pôle télécom chez Aricent, malmené dans l’attente de la transition entre les équipements 4G et 5G ou encore une politique de recrutement suffisamment dynamique pour honorer les contrats dans les meilleurs conditions. A cet égard, le groupe est parvenu à recruter 2950 nouveaux collaborateurs (net de départs) sur son périmètre historique l’an dernier, ce qui constitue une bonne performance sur un marché en situation de pénurie.

En Bourse, l’action Altran a repris des couleurs et gagne déjà près de 40% depuis le début de l’année, mais sur un an, elle présente encore un bilan négatif de 25% environ. Sauf mauvaise surprise, le rattrapage devrait se poursuivre car les niveaux de valorisation restent très inférieurs à la moyenne du secteur. La valeur d’entreprise d’Altran ne représente en effet que 7,8 fois l’excédent brut d’exploitation attendu en 2019 alors que ce ratio est supérieur à 12 fois chez le concurrent Alten. Il est vrai qu’Altran est plus endetté depuis le rachat d’Aricent, mais la poursuite du programme « Altran Cash » déjà visible au deuxième semestre 2018, devrait participer au désendettement progressif du groupe. L’endettement net qui représentait 3 fois l’excédent brut d’exploitation à la fin de l’année dernière pourrait déjà retomber à un ratio de 2 fois dès 2020.

Le conseil de la rédaction sur Altran

Notre conseil : Altran fait partie de notre sélection du « coin du spéculateur ». Nous restons positifs sur le dossier dont le rattrapage boursier n’est pas terminé avec le retour des bonnes nouvelles. Notre premier objectif ressort à 11,50 euros.

Sur le même thème

Conseils Bourse

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique