Hermès reste de loin l’une des marques les plus profitables de son secteur

La maison de luxe Hermès devrait continuer de profiter d’un marché globalement porteur et le la mise en place de nouvelles capacités de production dans la maroquinerie. Ses fondamentaux exceptionnels justifient une valorisation élevée.

En Bourse, l’action Hermès s’est rapproché de son record historique de 614,60 euros. Crédit: iStock.

Chaque semaine, sur Mieuxvivre.fr, les journalistes de La lettre de la Bourse analysent une valeur de la cote parisienne et vous conseillent de l’acheter, de la vendre ou de rester à l’écart du titre. La Lettre de La Bourse est une publication du groupe Valmonde, éditeur du magazine Mieux Vivre Votre Argent.

Pas de surprise au niveau des résultats publiés par Hermès au titre de l’exercice 2018. La direction avait déjà précisé qu’il serait difficile de reproduire le niveau de marge opérationnelle courante historique dégagé l’année précédente, qui avait bénéficié de gains de changes très positifs mais non récurrents.

Mais la performance n’en reste pas moins brillante puisque la marge est finalement ressortie à 34,3%, en repli de seulement 0,3 point. Hermès reste de loin l’une des marques les plus profitables de son secteur. Toutes les activités ont contribué à la croissance organique de 10,4% du chiffre d’affaires l’an dernier (5,96 milliards d’euros). En particulier les vêtements et accessoires (+14%), l’horlogerie (+10%) et la maroquinerie-Sellerie (+9%), alors que les métiers de la soie et textiles ont suivi une évolution plus modeste (+3%).

A LIRE >>> LVMH, L’Oréal, Hermès : il est toujours possible de profiter du gros potentiel des valeurs du luxe en Bourse

Hermès aurait sans doute pu délivrer des chiffres encore plus flatteurs si le groupe n’était pas contraint par ses capacités de production en maroquinerie, toujours insuffisantes pour répondre à la demande, malgré la montée en puissance de la manufacture de l’Allan. Deux nouvelles maroquineries sont en cours de construction et devraient commencer à entrer en production en 2020 et le groupe a annoncé la construction d’un nouveau site, à Louviers, à l’horizon 2021.

Un début 2019 dans le sillage de 2018

Le marché du luxe ne semble pas faiblir et reste porté par des tendances structurellement porteuses comme l’émergence des classes moyennes et supérieures dans les pays émergents, l’engouement de la génération des « millennials » pour les produit de luxe ou encore l’essor du e-commerce dans le secteur. Et c’est la raison pour laquelle la direction d’Hermès peut confirmer un objectif a court et moyen terme de progression du chiffre d’affaires à taux de changes constants « ambitieux » malgré le renforcement des incertitudes économiques, géopolitiques et monétaires.

Le début de l’année 2019 s’inscrirait pour le moment dans le sillage de 2018. Et si le positionnement très haut de gamme de la marque ne lui permet certes pas de répondre à toute la demande, compte tenu des délais nécessaires à la formation des artisans et à la mise en place des nouvelles capacités de production, elle a pour avantage de rendre le groupe moins vulnérable en cas de retournement de cycle.

Un trésor de guerre de 3,6 milliards d’euros au bilan

L’originalité de la maison de luxe familiale réside dans stratégie uniquement tournée vers la croissance interne. Hermès n’a réalisé, par le passé, que très peu d’acquisitions et elles ont toujours été symboliques. Raison pour laquelle le bilan est d’une robustesse sans égale dans le secteur du luxe. Il faisait ressortir à la fin de 2018 une position de trésorerie nette de 3,61 milliards d’euros malgré plusieurs distributions exceptionnelles aux actionnaires au cours des dernières années.

En 2019, Hermès se contentera de verser un dividende ordinaire de 4,55 euros par action, en progression de 11%. Il procure un maigre rendement (moins de 1%) mais de nouvelles distribution exceptionnelles sont probables à l’avenir compte tenu de la forte génération de cash (1,44 milliard d’euros en 2018).

En Bourse, l’action Hermès s’est rapproché de son record historique de 614,60 euros inscrit en mai dernier et affiche toujours des niveaux de valorisation très élevés (42 fois les bénéfices estimés à 1,5 milliard d’euros en 2019, soit une hausse de 7% par rapport à 2018) qui peuvent paraître dissuasifs de prime abord. Mais cette prime importante par rapport au marché et au secteur nous semble toujours justifiée par la forte rentabilité de la marque, son positionnement défensif et la trésorerie pléthorique au bilan.

Notre conseil sur Hermès : nous restons positifs sur le dossier Hermès avec un objectif de 650 euros à 12 mois. Code Isin : FR000052292.

Sur le même thème

Action Hermès : actualité et conseils Bourse

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique