Un premier trimestre solide partout pour Vinci

Vinci a fait nettement progresser ses revenus à l’issue d’un trimestre solide partout.

Le groupe Vinci a par ailleurs gonflé ses revenus par de multiples acquisitions. Crédit: iStock.

Vinci, géant français du BTP et des concessions, a fait nettement progresser ses revenus au premier trimestre, profitant à la fois de multiples acquisitions et d’une activité solide sur ses chantiers comme ses aéroports et autoroutes, a-t-il annoncé mardi.

Entre janvier et mars, le groupe a dégagé un chiffre d’affaires de 9,7 milliards d’euros, soit une progression de 9,6% par rapport à la même époque de l’an dernier. Il réitère son objectif de faire progresser ses revenus comme son bénéfice net sur l’ensemble de l’année, sans plus de détail chiffré.

A LIRE >>> Des péages moins chers pour les actionnaires de Vinci ? Un petit investisseur tente le coup

Cette progression des revenus est sensible sur l’ensemble des activités du groupe. Sur ses infrastructures de transports, ils s’inscrivent en hausse pour les aéroports (+22,6%) – secteur où Vinci est en pleine expansion – et les autoroutes (+3,4%). « Après une fin d’année 2018 marquée par des mouvements sociaux exceptionnels qui ont perturbé les autoroutes françaises, la situation est revenue à la normale au cours du trimestre », souligne Vinci.

Engagé fin 2018 en France, le mouvement des « gilets jaunes » a particulièrement ciblé les concessionnaires d’autoroutes, dont Vinci, via notamment des blocages de péages. Cela avait affecté les comptes du groupe dans cette branche l’an dernier, même s’il avait plutôt limité les dégâts. En tout état de cause, ce sont les activités de chantier du groupe qui constituent toujours le gros de son activité – les quatre cinquièmes de ses revenus – et qui progressent aussi dans l’ensemble.

Des acquisitions qui ont gonflé les revenus

Il bénéficie notamment d’une forte hausse des recettes d’Eurovia (+20,5%), sa filiale spécialisée dans les routes et chemins de fer, grâce à une bonne météo qui a facilité les travaux à travers l’Europe. Indicateur avancé du chiffre d’affaires à venir sur la branche de chantiers, le carnet de commandes laisse attendre de bonnes performances puisqu’il est légèrement supérieur à son niveau d’un an plus tôt.

Le groupe a par ailleurs gonflé ses revenus par de multiples acquisitions, même si le chiffre d’affaires reste en hausse sur l’ensemble de ses activités sans les prendre en compte. Ces rachats concernent particulièrement Vinci Energies, branche de travaux spécialisée dans les infrastructures énergétiques, et les aéroports, secteur où le groupe ne cache pas son intérêt pour la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP).

Pour l’heure, son dernier rachat majeur, celui à plus de trois milliards d’euros de l’aéroport londonien de Gatwick, n’est pas même encore intégré dans les comptes. Il le sera au trimestre prochain.

Sur le même thème

Action Vinci

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique