A son plus haut historique, rien ne semble pouvoir stopper l’ascension de l’action Safran

Le groupe aéronautique parvient à mener de front la montée en puissance du nouveau moteur LEAP et l’intégration des activités de Zodiac Aerospace. La croissance organique a encore accéléré au premier trimestre et l’action est au plus haut historique.

"Pulse line" (ligne d'assemblage pulsée) dédiée à l’assemblage final du moteur LEAP de Safran. Crédit: Adrien Daste / Safran.

Chaque semaine, sur Mieuxvivre.fr, les journalistes de La lettre de la Bourse analysent une valeur de la cote parisienne et vous conseillent de l’acheter, de la vendre ou de rester à l’écart du titre. La Lettre de La Bourse est une publication du groupe Valmonde, éditeur du magazine Mieux Vivre Votre Argent.

Rien ne semble pouvoir stopper l’irrésistible ascension de l’action Safran. Elle a battu un nouveau record historique, à 130 euros, après la publication d’un chiffre d’affaires meilleur que prévu au premier trimestre 2019 (+36,9% à 5,78 milliards d’euros). Sur la période, la croissance organique (à périmètre et taux de changes constants) a en effet accéléré pour atteindre 12,6%, soit un niveau particulièrement élevé pour un secteur industriel, qui traduit la très bonne santé du marché de l’aviation civile et commerciale.

A LIRE >>> Bourse : ces sociétés du CAC 40 qui ont le plus de potentiel en 2019

Le nombre de moteurs d’avions livrés sur les trois premiers mois de l’année a progressé de 15,9% à 577 unités et comprend désormais trois quarts de moteurs de nouvelle génération LEAP, dont la montée en puissance (au détriment de l’ancien CFM56) se poursuit à vive allure. Les activités de services et d’après-vente de moteurs, cruciales pour leur forte récurrence et leur rentabilité élevée, ne sont pas en reste avec une croissance organique de 14,9%. Mais depuis l’an dernier, Safran a aussi ajouté une nouvelle corde à son arc en reprenant le groupe Zodiac Aerospace (sièges d’avions, aménagement de cabines, systèmes de contrôles…). Et cette activité renoue progressivement avec une bonne dynamique commerciale après avoir rencontré de gros problèmes de production et de retards de livraison il y a quelques années.

12 années de chiffre d’affaires en commande pour les moteurs

Tous les voyants restent donc au vert pour Safran, qui prend ainsi une large avance par rapport aux objectifs annuels fixés en février dernier, à savoir une croissance organique de 5% du chiffre d’affaires ajusté et de 10% à 12% du résultat opérationnel ajusté. Il faut dire qu’à la fin de l’année dernière, les carnets de commandes étaient pleins : 15620 moteurs LEAP, soit 12 fois la quantité totale de moteurs livrés en 2018. La seule incertitude concerne l’avenir du Boeing 737 MAX dont le crash de deux appareils en cinq mois pourrait précipiter le remplacement. Safran reste particulièrement vigilant sur le sujet et semble déjà prêt à procéder à des ajustements temporaires si nécessaire.

A LIRE >>> Arrêt du Falcon 5X avec Safran : la très bonne décision de Dassault Aviation

Les investisseurs ne semblent visiblement pas inquiets au regard de la forte demande de moteurs sur les autres appareils. Car Safran va devenir de plus en plus une machine à cash, une fois la transition entre les moteurs CFM56 et LEAP achevée. En 2018, le cash-flow libre a progressé de 23% pour atteindre 1,78 milliard d’euros, si bien que malgré le récent rachat de Zodiac, le bilan pourrait se retrouver en situation de trésorerie nette positive d’ici trois ans.

Toutes ces qualités se retrouvent aujourd’hui dans des niveaux de valorisation historiquement élevés. L’action Safran capitalise en effet plus de 22 fois les profits attendus cette année, soit un niveau très supérieur à la moyenne de 18,8 fois constatée sur les cinq dernières années. Mais la visibilité a un prix dans une période où les marchés s’interrogent sur la pérennité du cycle économique mondial. En outre, les marges de Safran semblent encore perfectibles avec la montée en puissance des activités de services et les synergies liées à l’intégration du groupe Zodiac, qui devraient atteindre 250 millions d’euros d’ici à 2022.

Notre conseil : le dossier Safran offre de nombreux atouts pouvant justifier une valorisation élevée. L’idéal serait de profiter d’un repli du titre vers 115 euros pour acheter. Code Isin : FR0000073272.

Sur le même thème

Conseils Bourse Safran

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique