La Bourse de Paris en baisse, lestée par un regain de prudence

La Bourse de Paris repasse en ce mercredi sous la barre des 5.400 points, dans un marché toujours attentif aux relations commerciales entre Washington et ses partenaires.

Le marché parisien a ouvert "en légère baisse ce matin dans le sillage des interrogations qui continuent d’entourer l’avenir des relations commerciales entre la Chine et les États-Unis. Crédit: iStock.

La Bourse de Paris reculait mercredi matin (-0,54%), repassant sous la barre des 5.400 points franchie la veille, dans un marché de nouveau gagné par la prudence, toujours attentif aux relations commerciales entre Washington et ses partenaires.

Le marché parisien a ouvert en baisse ce matin « dans le sillage des interrogations qui continuent d’entourer l’avenir des relations commerciales entre la Chine et les États-Unis », ont estimé dans une note les analystes de Mirabaud Securities Genève.

Le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross a indiqué mardi que les Etats-Unis et la Chine n’annonceraient pas de traité commercial lors du sommet du G20 fin juin au Japon, où Donald Trump compte évoquer le sujet avec son homologue chinois Xi Jinping. De son côté, le président américain a pressé Pékin de revenir aux termes de l’accord qui avait été trouvé début mai entre les deux parties, faute de quoi signer un texte n’aurait selon lui « aucun intérêt ».

Washington veut des engagements sur le respect de la propriété intellectuelle

Washington veut non seulement réduire son gigantesque déficit commercial avec la Chine, mais aussi obtenir d’elle une série d’engagements sur le respect de la propriété intellectuelle, la fin des transferts forcés de technologie, ou l’abandon de subventions aux entreprises d’Etat.

A LIRE >>> Introduction en Bourse de la Française des jeux : une opportunité pour l’investisseur individuel ?

« Une grande partie des gains récents semblent avoir été attribués au fait que les banques centrales ont changé d’orientation au cours des dernières semaines » et ont adopté un ton un peu plus accomodant « en ce qui concerne la prochaine hausse des taux d’intérêt », a souligné pour sa part Michael Hewson.

Dans ce contexte, le discours d’ouverture du président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, lors de la 8e conférence sur les pays d’Europe centrale, orientale et du Sud-Est sera surveillé dans la matinée par les investisseurs.

L’inflation américaine pour le mois de mai est également particulièrement attendue. Egalement à l’agenda, le niveau hebdomadaire des stocks de pétrole aux Etats-Unis.

Avant l’ouverture des marchés, ils ont également pris connaissance de l’inflation en Chine qui a atteint le mois dernier son niveau le plus haut depuis février 2018, selon des statistiques officielles, sous l’impulsion notamment des prix de l’alimentaire dans un contexte de demande intérieure toujours fragile. La Banque de France a quant à elle abaissé à 1,3% sa prévision de croissance pour 2019.

Genfit se reprend

Du côté des valeurs, Dassault Systèmes reculait de 0,95% à 135,15 euros. Le groupe français a annoncé mercredi le rachat de l’éditeur américain de logiciels pour le suivi d’essais cliniques Medidata, coté au Nasdaq, pour 5,8 milliards de dollars, ce qui constitue de loin la plus grosse opération de l’histoire du groupe.

La biotech nîmoise Advicenne, spécialisée dans le développement de médicaments pour des maladies rares chez l’enfant et l’adulte, prenait 2,82% à 10,95 euros, après avoir bouclé avec succès son entrée en bourse sur le marché réglementé d’Euronext Bruxelles.

La boitech française Genfit se reprenait (+3,25% à 18,40 euros), prenant la tête du SBF 120, après avoir fortement chuté la veille, dans le sillage de l’annonce par son concurrent américain Cymabay de résultats cliniques jugés décevants.

Sur le même thème

Actualités marchés financiers Bourse de Paris

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique