Le référendum pour la privatisation d’ADP a reçu 13% des soutiens exigés au 30 juillet

Les citoyens qui souhaitent soutenir le référendum sur la privatisation d’ADP ont jusqu’à mars 2020 pour se déclarer sur le site Internet du ministère de l’Intérieur. Pour que le référendum ait lieu, il faut recueillir 4,7 millions de signatures.

La privatisation d'Aéroports de Paris est prévue dans la loi Pacte, adoptée en avril. Crédit: Istock

Le mouvement est-il en train de s’essouffler ? Le ministère de l’Intérieur a enregistré au 30 juillet 615 000 soutiens au référendum d’initiative partagée (RIP) sur la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP), soit 13 % des signatures exigées d’ici à la mi-mars 2020. Le ministère remarque aussi une diminution par deux du rythme de la mobilisation citoyenne en un mois.

Depuis le 13 juin minuit, et durant neuf mois, les électeurs inscrits sur les listes électorales peuvent apporter leur soutien à la proposition de loi initiée par des parlementaires de droite comme de gauche, réclamant la tenue d’un référendum sur la privatisation du groupe aéroportuaire.

Il s’agit du second pointage effectué par le Conseil constitutionnel, chargé du contrôle des opérations de recueil des soutiens qui indique, dans un communiqué, qu’il communiquera désormais un point de situation sur l’état de la procédure référendaire tous les quinze jours.

A LIRE >>> Groupe ADP croît toujours en sa privatisation

13 000 signatures par jour

Lors du premier pointage effectué le 1er juillet, les « Sages » avaient comptabilisé 480 300 soutiens, ce qui représentait 10% du nombre des signatures exigées d’ici à la mi-mars et un rythme moyen de plus de 26 000 signatures par jour. Ce rythme a été diminué par deux en un mois, la moyenne s’établissant désormais à 13 000 signatures par jour.

Les initiateurs du RIP doivent recueillir, par voie électronique, l’approbation d’au moins 10% du corps électoral, soit plus de 4,7 millions de personnes et une moyenne de 17 000 signatures par jour.

Le nombre des signatures validées par le Conseil constitutionnel prend en compte à la fois les soutiens enregistrés sur Internet, sur le site mis à disposition par le ministère de l’Intérieur, et ceux déposés dans environ 2 000 communes ou dans les consulats.

Quelque 250 députés et sénateurs (de LFI à LR, avec le soutien du RN) avaient enclenché début avril la procédure du RIP, introduite dans la Constitution en 2008 mais jamais utilisée.

Sur le même thème

Bourse - Conseils action ADP Privatisation ADP

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique